Yémen : Première Urgence Internationale s’engage dans l’accès aux soins de santé à Jahzar


En janvier 2021, Première Urgence Internationale a réhabilité l’unité de santé de Jahzar dans le district de Mokha, gouvernorat de Taiz. Un soulagement pour les habitants de ce territoire rural pour qui l’accès aux soins de santé reste une épreuve.  

© Première Urgence Internationale | Consultation médicale à Jahzar par un médecin de l'ONG

© Première Urgence Internationale | Consultation médicale à Jahzar par un médecin de l’ONG

Le gouvernorat de Taiz comprend plusieurs districts classés dans des niveaux de crise et d’urgence de l’insécurité alimentaire. Selon les projections d’insécurité alimentaire aiguë, au cours du premier semestre de 2021, plus de la moitié de la population de Taiz serait en situation d’insécurité alimentaire.

En outre, le système de santé lui-même n’est pas fonctionnel, et cela est particulièrement vrai dans les zones rurales où les bureaux de santé et les acteurs de la santé peinent à atteindre les personnes qui en ont besoin.[1]

Situation sanitaire alarmante

Le taux de mortalité est élevé, atteignant 42 sur 1 000 pour les enfants de moins de 5 ans, la mortalité infantile atteignant 34 sur 1 000 naissances vivantes. La prévalence des maladies est également élevée, avec plus de 68% des enfants de moins de cinq ans souffrant d’anémie.

Selon le médecin de l’unité de santé de Jahzar : « La situation sanitaire était très mauvaise avant l’intervention de Première Urgence Internationale car il y avait un bâtiment pour une unité de santé depuis des années, mais aucun personnel médical de santé n’était présent… En raison de l’éloignement de cet établissement de la ville, personne ne voulait travailler ici. »

© Première Urgence Internationale | Unité médicale de Jahzar pour donner l'accès aux soins de santé au Yémen

© Première Urgence Internationale | Unité médicale de Jahzar

Un autre dysfonctionnement était l’insuffisance d’« approvisionnement en eau propre » et de la « supplémentation nutritionnelle », selon le professionnel de santé.

Une situation à laquelle il fallait remédier car, selon le médecin, il y a un grand besoin de sensibiliser les communautés de la région aux questions de nutrition et de santé en général.

Soutien de Première Urgence Internationale

L’ONG a commencé à soutenir l’unité de santé de Jahzar en décembre 2020 dans cette zone difficile d’accès qui couvre une population de 4768 individus.

Avant le début des activités, les gens se rendaient dans des centres voisins. L’ouverture de l’unité de santé de Jahzar a permis de relâcher la pression exercée sur les autres établissements de santé et d’équilibrer les tendances en matière d’utilisation des services de santé.

En raison de l’absence de services de santé et de nutrition à Jahzar, les habitants de la région ne pouvaient pas accéder aux soins de santé, car ils devaient parcourir de longues distances. Selon un bénéficiaire de Jahzar, si une personne tombait malade, elle devait parcourir 15 à 25 kilomètres pour se faire soigner.

« Ils se rendaient dans d’autres centres de santé très éloignés d’ici comme par exemple Al-Subla ou Al-Nujaiba (Al Najeeba) », explique-t-il.

En outre, le centre de santé de Jahzar est éloigné de la ville principale de Mokha et il faut environ deux heures pour se rendre d’un endroit à l’autre. L’unité de santé la plus proche se trouve à plus de 45 minutes en voiture, dont un chemin de terre de plus de 35 minutes. De plus, il existe des risques élevés liés aux mines terrestres qui ont pu glisser de leurs zones d’origine.

Activités sur le terrain

L’ONG soutient l’unité médicale avec le renforcement des capacités du personnel de santé et la réhabilitation de l’établissement, avec un accent particulier sur les installations d‘eau, d’assainissement et d’hygiène ainsi que l’installation de panneaux solaires pour rendre la pharmacie fonctionnelle.

En plus de fournir des ressources humaines et du matériel médical et nutritionnel, Première Urgence Internationale a pu améliorer le système de gestion des déchets dans l’établissement de santé en construisant un incinérateur de déchets médicaux, une fosse à placenta et une fosse à aiguilles.

© Première Urgence Internationale - Incinérateur et fosse permettant de donner l'accès aux soins de santé à Jahzar au Yémen

© Première Urgence Internationale | Incinérateur et fosse

Les services fournis comprennent désormais des consultations de soins de santé primaires assurées par un médecin de Première Urgence Internationale, des services de santé reproductive comprenant des soins ou des consultations prénatales et postnatales, du planning familial et de l’aide à l’accouchement.

L’ONG met aussi en œuvre un programme de nutrition comprenant un programme d’alimentation complémentaire thérapeutique et ambulatoire.

Pic de consultations santé

Le nombre de consultations a pratiquement doublé entre le premier et le deuxième mois qui ont suivi l’inauguration, passant de 195 à 334 consultations externes. Ceci est dû au fait que les communautés ont pris connaissance de l’ouverture et le bouche à oreille a fonctionné. De plus, des Volontaires de santé communautaires (VSC) ont été déployés, toujours grâce au soutien de Première Urgence Internationale.

Ces volontaires, 13 femmes de la communauté formées par l’ONG, ont pu examiner 411 enfants âgés de moins de cinq ans ainsi que des femmes enceintes et allaitantes durant le seul mois de janvier.

Après la réhabilitation et l’inauguration de l’unité de santé, Première Urgence Internationale a commencé à fournir des services de soins de santé à la communauté.

« Il y a des médecins, des médicaments, de la nutrition. L’unité de santé est propre, organisée et le personnel est au complet », témoigne une personne venue consulter.

© Première Urgence Internationale | Réhabilitation de la pharmacie permettant l'accès aux soins de santé à Jahzar au Yémen

© Première Urgence Internationale | Réhabilitation de la pharmacie

La communauté fait confiance à Première Urgence Internationale dans son soutien à l’établissement de santé. Selon les habitants, c’est « organisé » et ils « sentent un réel engagement de la part du personnel ».

Approche multisectorielle

En conclusion, Première Urgence Internationale suit une approche intégrée dans son intervention impliquant la santé, la nutrition, la sécurité alimentaire et l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Les services fournis comprennent des soins de santé primaires avec des services de santé reproductive et de nutrition, en fonction de la gestion communautaire de la malnutrition aiguë. La mobilisation de la communauté est une autre composante cruciale grâce au travail des volontaires de la santé communautaire (VSC) et leurs recherches actives de cas, la détection précoce, le référencement et le suivi.

Ces activités sont suivies d’une distribution de paniers alimentaires pour les ménages présentant des cas de malnutrition aiguë sévère, afin d’éviter que les conditions de sécurité alimentaire des familles vulnérables ne se détériorent davantage.

Depuis la révolution yéménite de 2011, l’État a dû faire face à une crise politique majeure. Dans le même temps, la situation de crise alimentaire s’est aggravée à cause des conflits.

Première Urgence Internationale est présente au Yémen depuis 2007. L’ONG est actuellement active dans les gouvernorats de Hodeidah, Raylah et Taiz et vise à répondre à la situation critique de la malnutrition et de la détérioration du système de soins de santé primaires.

En faisant un don à Première Urgence Internationale, vous permettez aux équipes de poursuivre leurs actions sur le terrain, tout en mettant en place de nouveaux projets pour aider les personnes vulnérables.

Ce projet est financé grâce au soutien de l’Union européenne, par le biais de son service de Protection Civile et Opérations d’Aide Humanitaire Européennes (ECHO).

[1] Bulletin de l’Organisation Mondiale de la Santé Publication passée Volume 93: 2015Volume 93, Numéro 10, Octobre 2015, 665-740


Nous vous conseillons également

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don