Mali

Contexte humanitaire

Le Mali, est un pays sahélien d’environ 20 millions d’habitants, d’une superficie d’environ 1,2 million de kilomètres carrés, dont les deux tiers sont désertiques. Selon le rapport sur le développement humain publié par le PNUD en 2019, le Mali se classe 184e sur 189 pays.
Les crises humanitaires prolongées trouvent leurs racines dans un terreau de vulnérabilités socio-politiques et économiques accentuées par le sous-développement, la pauvreté chronique et la récurrence de chocs climatiques. Depuis 2012, la faiblesse de l’autorité et de la présence de l’État – au centre et au nord du Mali en particulier- a aggravé les inégalités et exacerbé l’insécurité tout en conduisant à un abandon ou relâchement des services publics notamment dans le domaine de la santé et de la nutrition. Les populations les plus vulnérables, telles que les enfants et les femmes, s’en trouvent d’autant plus affectées.

Avant même la pandémie COVID-19, qui est survenue au Mali le 25 mars 2020, sur 20 millions de personnes, 8,2 millions de personnes seraient touchées par la crise et 4,3 millions de personnes seraient dans le besoin (dont 2,4 millions d’enfants et 866 000 femmes), soit une augmentation de près de 25 % par rapport aux 3,2 millions de 2019.

Chiffres clés

2013
Année d'implantation
de la mission
68
Personnel national
8
Personnel expatrié
152 136
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale est présent au Mali depuis 2013, dans les régions de Kidal (cercle de Kidal, Tessalit et Abeibara), de Gao (Cercle d’Ansongo – 2014) et de Mopti (cercle de Bankass et Bandiagara – 2019 et cercle de Mopti – 2020). Le bureau de la coordination est basé à Bamako.

L’objectif de l’organisation est d’apporter une réponse plus holistique aux populations. Ceci se fait via la poursuite de son assistance dans le domaine de la santé-nutrition et l’intégration de nouveaux secteurs tels que la protection (soutien psychologique des survivant(e)s de violences basées sur le genre, les certificats à la naissance) et l’eau, l’hygiène, l’assainissement.

La qualité de ses programmes, sa connaissance du terrain et sa bonne acceptation au niveau local, permettent à Première Urgence Internationale d’intervenir dans des zones où l’accès humanitaire est limité.

Première Urgence Internationale en action

Les programmes menés visent à améliorer l’accès des populations à des soins médicaux et nutritionnels de qualité. Du fait de leur vulnérabilité, les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes ou allaitantes et les personnes déplacés sont les principaux bénéficiaires des activités mises en œuvre.

PUI appuie 50 centres de santé, déploie 5 cliniques mobiles pour garantir l’accès aux services de santé des populations vivant dans des zones reculées. Elle s’occupe de former les agents de santé et réhabilite les infrastructures pour leur assurer une autonomie future. L’ONG mène également des  activités de dépistage de la malnutrition des enfants ainsi que leur prise en charge. En 2019 c’était 224 967 bénéficiaires qui ont vu leur accès à la santé et à la nutrition amélioré.

Première Urgence Internationale veille à faire des projets intégrés, c’est-à-dire à prendre en compte toutes les causes d’un problème dans une réponse complète (santé, nutrition, eau et assainissement, protection, etc).

Photos : © Aboubacar Traoré

La mission Mali en images

L'actualité de la mission

Nos partenaires

ECHO
Ministère des Affaires étrangères
USAID
Centre de Crise et de Soutien

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don