République démocratique du Congo

Contexte humanitaire

En 2020, le pays est toujours fortement impacté par des crises sociales, sanitaires et politiques majeures : déplacements de populations liés aux attaques de groupes armés, malnutrition chronique, épidémies récurrentes, COVID-19, violences basées sur le genre…

Les groupes armés encore actifs dans les provinces de l’est, les conflits interethniques et les problématiques d’accès à la terre sont la cause de nombreuses tensions et déplacements internes. On compte 5,5 millions de déplacés dont 3,4 millions d’enfants dans toute la RDC selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). À cela s’ajoute la crise du lac Tchad et les retournés congolais d’Angola. Début 2020, 12,8 millions de personnes avaient besoin d’une assistance humanitaire et de protection selon OCHA.

Le pays est régulièrement touché par des épidémies de paludisme, choléra, rougeole… De juin à novembre 2020, la province de l’Équateur a connu sa 11ème épidémie d’Ebola et 520 000 personnes vivent avec le VIH selon ONUSIDA. Fin 2020, près de 19 000 cas de COVID-19 ont été recensés et plus de 4,6 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë dont 2,2 millions de malnutrition aiguë sévère.

Chiffres clés

2001
Année d'implantation
de la mission
90
Personnel national
8
Personnel expatrié
407 711
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale intervient en RDC depuis 2001, et s’est déployée dans plusieurs provinces depuis, au gré des urgences et des besoins humanitaires saillants.

Après avoir longtemps été reconnue comme une ONG pilote dans la coordination des camps de déplacés à l’est, depuis 2017, l’ONG a en plus démontré sa capacité à se déployer et à répondre aux grandes épidémies (Ebola, rougeole, COVID-19) ainsi qu’aux déplacements de population. Le cœur de son action se situe autour des problématiques de santé primaire, santé sexuelle et reproductive et de lutte contre la malnutrition.

En 2020, Première Urgence Internationale a été opérationnelle à Kinshasa, dans le Nord-Kivu, au Tanganyika et au Kasaï. À la fin de l’année, l’ONG a ouvert un projet dans le Mai-Ndombe.

Première Urgence Internationale en action

En 2020, Première Urgence Internationale mène des projets à Kinshasa, dans le Kasaï, le Nord-Kivu et le Mai-Ndombe au profit des populations les plus vulnérables et particulièrement pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes et allaitantes.

À Kinshasa, l’ONG réduit l’impact de la COVID-19 sur les populations vulnérables à travers une application mobile de gestion des fausses informations (fake news). Elle y mène aussi des activités de prévention et contrôle des infections et continue les activités de soutien aux centres de santé (formations, réhabilitations, fourniture de médicaments). Enfin, l’ONG intervient en santé reproductive et sexuelle des jeunes et adolescents vulnérables avec un focus sur la prévention et la lutte contre le VIH/SIDA.

Dans le Mai-Ndombe, en consortium avec Action contre la Faim (ACF), qui mène le projet, ALIMA et MAGNA, Première Urgence Internationale contribue à la prévention de la morbidité et la mortalité liées à la malnutrition aiguë pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes avec le projet PUNCH.

Dans le Kasaï, l’ONG a un projet d’appui en santé des populations, de lutte contre l’insécurité alimentaire et de riposte contre la rougeole. Elle mène également un projet contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans le Nord-Kivu.

 

Photo du haut : © Colin Delfosse

La mission République démocratique du Congo en images

Nos partenaires

USAID
Mairie de Paris

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don