Myanmar (Birmanie)

Contexte humanitaire

Le Myanmar / la Birmanie est l’un des pays d’Asie les plus exposés aux catastrophes, où les besoins humanitaires résultent d’une combinaison complexe de vulnérabilités causées par l’exposition à des catastrophes naturelles extrêmes, une pauvreté chronique et des tensions intercommunautaires qui affectent la population dans de nombreuses régions du pays. .

Depuis 2002, plus de 13 millions de personnes ont été touchées par des catastrophes naturelles, notamment des cyclones, plusieurs séismes importants et de graves inondations1.

À la suite des conflits armés, environ 241 000 personnes déplacées sont encore dans des camps dans les États de Kachin, Kayin, Shan et Rakhine, tandis que près d’un million de personnes se sont réfugiées au Bangladesh après l’intensification de la violence en 2017. Dans les années 80, des centaines de milliers de personnes se sont réfugiées en Thaïlande pendant les attaques de groupes ethniques opposés à des factions militaires dans l’État de Kayin.

Chiffres clés

1984
Année d'implantation
de la mission
90
Personnel national
2
Personnel expatrié
6 300
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale (PUI) est entrée au Myanmar / en Birmanie en 1984 sous le nom de Aide Médicale Internationale (AMI). L’ONG formait des équipes médicales à la frontière et gérait la santé dans des camps situés à la frontière thaïlandaise. Première Urgence Internationale a lancé un programme d’eau, assainissement et hygiène à Yangon en 2001. Puis a mis en œuvre des programmes de santé axés sur l’accès aux soins de santé primaires, les urgences et la santé maternelle néonatale et infantile à Yangon, Kayin, Tanitaryi, Rakhine, Kachin , Sagaing, Wa et Lashio.

En 2003, Première Urgence Internationale a fourni des soins à des patients atteints d’infections sexuellement transmissibles, et fait la prévention du VIH et du sida. Dans un premier temps auprès de 900 patients sous traitement antirétroviral relevant du Fonds mondial jusqu’en juillet 2018, pour atteindre finalement 6 300 patients.
En 2011, la santé sexuelle et reproductive a été ajoutée à Yangon Sud.

Première Urgence International lance un nouveau programme à Kayin pour accroître la résilience des populations touchées par le conflit grâce à une approche intégrée visant à améliorer l’accès à l’eau et aux installations de santé et à renforcer les moyens de subsistance des communautés vivant dans la région.

Première Urgence Internationale en action

Première Urgence Internationale met en œuvre un programme de prévention du VIH pour les travailleurs du sexe masculins, féminins et LGBT avec le financement du Fonds mondial dans six cantons. Cela inclut: la communication sur l’éducation et le changement de comportement, la distribution de préservatifs, le dépistage et le conseil, le traitement des infections sexuellement transmissibles, le renforcement de la communauté, la sensibilisation, l’orientation vers des soins adaptés, le dépistage des défaillants, la nutrition et un soutien psychosocial basé sur la communauté.

Première Urgence Internationale étudie la possibilité d’ajouter la violence sexuelle et sexiste et la santé sexuelle et reproductive à notre programmation actuelle.

La mission Birmanie en images

Nos partenaires

Save the Children
UNICEF

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don