République centrafricaine

Contexte humanitaire

La République centrafricaine (RCA) fait face à une crise politico-militaire depuis 2013 qui a progressivement installé une atmosphère d’instabilité et de violence générale. Les élections présidentielles de décembre 2020 ont favorisé l’intensification des affrontements dans le pays et les conséquences potentielles pour l’année 2021.

En 2020, la RCA demeure à l’avant dernière place du classement mondial en termes d’indice de développement humain (IDH). L’extrême pauvreté et le sous-développement aggravent les conséquences humanitaires engendrées par les crises sécuritaires successives.

Premières victimes de cette situation, les populations sont toujours déplacées : en août 2020, 659 000 personnes étaient considérées comme déplacées internes. Concernant les secteurs prioritaires, la protection, la santé et la sécurité alimentaire représentent un défi majeur. La pandémie de COVID-19 qui s’est déclarée en RCA en mars 2020 impacte également la population. 63% de la population centrafricaine a besoin d’assistance humanitaire

Chiffres clés

2007
Année d'implantation
de la mission
221
Personnel national
35
Personnel expatrié
428 596
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale est présente depuis 2007 en République centrafricaine.
Depuis 2011, la mission dispose d’un bureau de coordination basé à Bangui, la capitale. Elle est aussi intervenue depuis quatre autres bases :

  • Paoua dans le nord-ouest
  • Ndélé dans le nord-est
  • Bangassou/Rafaï dans le sud-est
  • Berbérati dans le sud-ouest

Au fil des années, les bases de Paoua et Bangassou/Rafaï ont fermé afin de suivre le déplacement géographique des besoins humanitaires ou pour des raisons de sécurité des zones d’intervention, comme ce fût notamment le cas à Paoua. De même, en 2018, Première Urgence Internationale a clos sa base à Berbérati, dans la préfecture de Mambéré-Kadeï.

En 2021, Première Urgence Internationale dispose d’une base de coordination à Bangui ainsi que de deux bases opérationnelles, l’une à Bangui et l’autre à Ndélé et un bureau au sein de la Plateforme Logistique.

Première Urgence Internationale en action

À Bangui, en vue d’améliorer l’efficacité et la rapidité de la réponse humanitaire, Première Urgence Internationale mène différentes activités logistiques de mises à disposition des acteurs humanitaires dont la gestion d’une plateforme de stockage avec un espace pour les médicaments et le déploiement d’unité de stockage mobile dans les zones d’urgences notamment.

Les équipes s’attaquent aussi aux problématiques structurelles de sous-développement via un projet visant à renforcer les capacités des acteurs économiques vulnérables affectés par la crise. Un projet d’assistance médico-nutritionnelle est également mis en place à travers un consortium avec la Croix-Rouge française et Action contre la Faim mené par Première Urgence Internationale et qui couvre l’ensemble des centres de santé publics. Ce programme a permis de déployer en urgence en 2020 du matériel de protection et des sensibilisations publiques vis-à-vis de l’épidémie de COVID-19.

À Ndélé, Première Urgence Internationale travaille au renforcement du système de santé sur l’ensemble des centres de santé du district sanitaire et de la résilience rurale ainsi qu’à l’amélioration durable de la sécurité alimentaire, nutritionnelle et eau, hygiène et assainissement au sein des communautés dans l’ensemble de la préfecture de la Bamingui Bangoran

Photos : © Antoine Hoguet

La mission République centrafricaine en images

Nos partenaires

USAID
Agence Française du Développement
Fonds Bêkou

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don