Cameroun

Contexte humanitaire

En 2020, la situation humanitaire au Cameroun n’a cessé de se détériorer en réponse aux trois conflits que le pays subit : la crise sécuritaire et politique en République Centrafricaine qui impacte l’est du pays, la crise du lac Tchad qui touche l’Extrême-Nord, et les velléités indépendantistes des deux régions anglophones à l’ouest. Ces conflits favorisent les déplacements internes et l’arrivée de réfugiés, rendant l’accès aux services de base difficile car les ressources s’en trouvent saturées.

Fin 2020, on compte 270 000 réfugiés centrafricains au Cameroun selon l’UNHCR dont 65 000 dans l’Adamaoua et 185 000 à l’est.

Selon OCHA, plus de 10 millions de personnes, dans l’Extrême-Nord début 2020, avaient besoin d’une aide d’urgence, parmi lesquels on compte à présent 2,3 millions de déplacés. Plus de 5 millions de personnes luttent pour avoir de quoi manger et un demi-million d’enfants souffrent de malnutrition.

Chiffres clés

2008
Année d'implantation
de la mission
80
Personnel national
10
Personnel expatrié
357 000
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale intervient au Cameroun depuis 2008 et s’est initialement concentré sur la réponse aux besoins des réfugiés centrafricains arrivés en 2006, notamment dans les domaines de la sécurité alimentaire et en eau, hygiène et assainissement. L’arrivée de nouveaux réfugiés centrafricains en 2014 a amené la mission à adapter sa réponse aux sites de transit frontaliers à travers des activités de gestion de camps et de mise en place d’abris. Dès 2015, la mission s’est positionnée sur une nouvelle crise, celle des personnes déplacées engendrée par les affrontements entre groupes armés venant du Nigeria et l’armée camerounaise.
À l’Extrême-Nord, les bases de Maroua et Kousséri répondent à cette crise sur un modèle d’approche intégrée. Un programme de Réponse rapide aux mouvements de populations (RRM) se développe sur la zone en consortium avec Action contre la faim (ACF) pour répondre de manière urgente aux besoins des populations, provoqués par ces déplacements soudains et récurrents. Première Urgence Internationale est tête de file du mécanisme RRM dans le pays.

Première Urgence Internationale en action

Première Urgence Internationale est présente dans l’Extrême-Nord et à l’est du Cameroun pour répondre aux besoins urgents des populations locales, déplacées et réfugiées.

Dans l’Extrême-Nord, l’ONG participe à l’amélioration des conditions de vie des personnes les plus vulnérables, réfugiées et déplacées, à travers le mécanisme de réponse rapide aux mouvements de populations (RRM). Ce mécanisme, dont Première Urgence Internationale est tête de file dans le pays, est mis en œuvre en consortium avec ACF et mobilise les autres acteurs humanitaires de la région. Un autre projet permet d’appuyer les populations vulnérables déplacées et hôtes sur les secteurs de la sécurité alimentaire, la relance économique et moyens d’existence et la RRM. Première Urgence Internationale a également participé à un projet de sécurité alimentaire et redressement économique de grande ampleur jusque fin 2020, en consortium avec Action contre la faim, la Croix-Rouge française, Care et Solidarités International.

Dans l’Adamaoua et à l’est, Première Urgence Internationale intervient depuis plusieurs années en association avec Solidarités International pour renforcer les capacités de résilience des populations réfugiées centrafricaines et hôtes en promouvant la sécurité alimentaire et les mécanismes de gouvernance foncière.

Photos : © Adrienne Surprenant

La mission Cameroun en images

L'actualité de la mission

Nos partenaires

ECHO
Centre de Crise et de Soutien

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don