Libye

Contexte humanitaire

Après plus de quarante ans de pouvoir, la révolution de 2011 a mis fin au règne de Mouammar Kadhafi. La Libye est depuis confrontée à une forte instabilité politique. Une nouvelle guerre civile est en cours depuis 2014 et impacte fortement les conditions de vie d’une grande partie de la population libyenne et réduit de jour en jour l’accès de cette dernière aux services essentiels, tels que la santé.

Les conflits armés ont généré de nombreux déplacements forcés de populations tandis qu’au même moment, des milliers de réfugiés, migrants et demandeurs d’asile vivant dans des situations précaires ou aux mains des trafiquants transitent dans le pays, avant de risquer leur vie en mer Méditerranée.

Chiffres clés

2017
Année d'implantation
de la mission
25
Personnel national
5
Personnel expatrié
26633
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Grâce à des évaluations réalisées en 2016 dans la région de Benghazi, Première Urgence Internationale a identifié une situation extrêmement préoccupante en termes d’accès aux soins et de troubles psychosociaux en raison de ruptures d’approvisionnement en médicaments, d’un personnel médical en sous-effectif ainsi qu’un déficit de couverture de ces besoins par les acteurs locaux et internationaux.

Première Urgence Internationale a dès lors décidé d’intervenir dans cette zone afin de venir en aide aux populations les plus vulnérables.

C’est néanmoins tout le pays qui souffre aujourd’hui de cette situation, à l’Est, mais plus globalement dans les villes de l’Ouest et dans la grande région Sud du « Fezzan ». Par ailleurs conscient des réalités subies par les populations migrantes et les demandeurs d’asile lors de leur traversée de la Libye vers les côtes méditerranéennes, Première Urgence Internationale souhaite également mieux comprendre leurs besoins spécifiques, à la fois à leur arrivée dans les villes côtières, mais aussi en amont lors de leur traversée de la Libye, dans le cadre d’une compréhension régionale des parcours migratoires.

Pour cette raison, Première Urgence Internationale travaille actuellement au déploiement de missions exploratoires à l’ouest et au sud-est du pays, où de nombreux besoins restent à couvrir, faute d’une trop faible présence humanitaire

Première Urgence Internationale en action

Première Urgence Internationale développe donc depuis janvier 2017 un programme de cliniques mobiles dans la ville de Benghazi, zone très affectée par les déplacés internes et de retournés. Le projet actuel vise à améliorer l’accès aux soins de santé des populations les plus vulnérables, à renforcer la prévention et l’information en matière sanitaire et à mettre en place un système de veille et d’alerte précoce afin d’augmenter les capacités de réponse aux urgences. Première Urgence Internationale a ainsi déployé trois cliniques mobiles dans la ville.

Elles permettent d’offrir une prise en charge gratuite des soins de santé primaires et materno-infantiles, la prise en charge de maladies chroniques et l’accès à un soutien psychosocial pour les populations, tout en promouvant au niveau communautaire l’importance des soins de santé.

Une majeure partie de la ville de Benghazi ayant été détruite, Première Urgence Internationale  souhaite aussi soutenir la relance des services publics et s’est ainsi engagée à la réhabilitation d’infrastructures endommagées, en priorité les centres de santé et les infrastructures d’accès à l’eau, comme récemment dans le quartier très affecté d’Al-Sabri.

Nos partenaires

ECHO
Centre de Crise et de Soutien

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don