Territoire palestinien occupé

Contexte humanitaire

Environ 5,2 millions de Palestiniens vivent sous occupation israélienne. En 2020, la situation humanitaire en territoire palestinien occupé s’est fortement détériorée avec l’impact de la COVID-19 et l’accélération de l’annexion de la Cisjordanie.

Les tensions se sont intensifiées, en particulier à Gaza, où la population continue de faire face à des limitations de mouvement et à de sévères restrictions d’accès aux services essentiels.

La majorité de la population de Gaza continue de dépendre de l’aide humanitaire, avec un soutien de la communauté internationale de plus en plus contraint. En zone C de Cisjordanie et à Jérusalem-Est, l’expansion des colonies, la violence des colons, les démolitions, la confiscation de biens et les expulsions intensifient la pression sur les Palestiniens qui risquent d’être déplacés de force.

Chiffres clés

2002
Année d'implantation
de la mission
40
Personnel national
5
Personnel expatrié
23 875
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale est présente en Cisjordanie depuis 2002, dans les gouvernorats de Salfit, Tulkarem, Nablus, Qalqilya et Hebron. Elle a étendu sa mission à la bande de Gaza en 2009.

Depuis 2012, la stratégie d’intervention de Première Urgence Internationale se concentre sur la mise en œuvre de mesures de protection et d’activités de soutien aux moyens de subsistance à court terme auprès des populations exposées aux risques de déplacement forcé et aux autres violations des droits humains et du Droit International Humanitaire (DIH), tant en Cisjordanie que dans la bande de Gaza. Première Urgence Internationale se concentre sur des mesures préventives et une réponse d’urgence à Gaza, tandis que des programmes à plus long terme sont implantés en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Première Urgence Internationale en action

En 2020, Première Urgence Internationale a poursuivi ses activités de protection des populations palestiniennes les plus vulnérables. En Cisjordanie, un système d’alerte et de réponse pour les victimes d’attaques de colons est opérationnel. Les équipes ont renforcé leur capacité à intervenir de manière urgente auprès des communautés affectées par les attaques des colons sur l’ensemble de la Cisjordanie occupée.

Dans la bande de Gaza, les équipes soutiennent les communautés vivant dans la zone d’accès restreint en mer et sur terre, en particulier les agriculteurs et les pêcheurs impactés par le blocus et les destructions de leurs moyens de subsistance. Toujours à Gaza, un nouveau projet permet de soutenir les patients du centre de reconstruction des membres et leurs familles à travers l’approche intégrée.

De nouvelles activités ont été développées afin de fournir des kits de produits d’hygiène et des informations précises et adaptées sur la pandémie de COVID-19 aux filles, garçons et familles les plus isolées.

En coopération avec des partenaires académiques, Première Urgence Internationale porte également un programme multidimensionnel permettant le renforcement de la formation professionnelle des jeunes et de leur capacité de résilience en s’appuyant sur la protection du patrimoine.

Enfin, le plaidoyer reste également un enjeu essentiel pour la protection des droits des palestiniens aux niveaux local et international.

Photo du haut : © Agnès Varraine Leca

La mission Territoire palestinien occupé en images

Nos partenaires

ECHO
Centre de Crise et de Soutien
OCHA
Agence Française du Développement
British Council
Jerusalem Fund

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don