Nigeria

Contexte humanitaire

Avec une population qui compte entre 178 et 200 000 millions d’habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Bien qu’il soit la première économie du continent grâce à ses productions pétrolières et ses ressources naturelles, le pays souffre d’énormes inégalités socio-économiques et d’un taux de corruption très élevé.

A ce contexte s’ajoute les violences extrêmes que subit la population suite aux attaques répétées du groupe terroriste Boko Haram. En mars 2017, on comptait 1.69 millions de personnes déplacées dans le pays et 8.5 millions de personnes étaient considérées en situation d’urgence humanitaire. Les trois longues années de conflit ont grandement détérioré les conditions de vie dans trois Etats au nord-est du pays, et ont fait chuter la production agricole, exacerbant une situation déjà très difficile.

Les études récentes révèlent des taux de malnutrition sévère aiguë et une insécurité alimentaire très élevée pour les populations du nord-est du pays dans l’Etat de Borno. Certaines zones géographiques enclavées pourraient même sombrer dans la famine.

Le nombre d’enfants de moins de 5 ans malnutris pourrait atteindre 3 500 000 à la fin de l’année 2017, si les interventions de lutte contre la malnutrition ne sont pas renforcées.

Chiffres clés

2016
Année d'implantation
de la mission
38
Personnel national
5
Personnel expatrié
12 000
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Après la conduite d’une évaluation multisectorielle en 2015 et 2016, Première Urgence Internationale a mis en place des activités dans différents domaines complémentaires, afin de répondre aux besoins des populations vulnérables au nord-est du Nigeria en santé, sécurité alimentaire, nutrition et moyens d’existence.

L’ONG apporte ainsi une assistance alimentaire dans la ville de Maiduguri où se concentrent 70% des déplacés à travers un système de cartes électroniques permettant un approvisionnement direct des personnes dans des magasins partenaires. Un centre de santé est soutenu et trois cliniques mobiles ont également été mises en place pour améliorer l’accessibilité aux soins et apporter aide humanitaire et soutien psychologique aux populations touchées par la crise.

Première Urgence Internationale en action

Bien que les besoins des populations impactées par le conflit soient terribles et nombreux, la sécurité alimentaire reste le besoin le plus urgent pour les bénéficiaires. Pour la première phase de sa mission, Première Urgence Internationale s’est positionné à ce sujet comme un acteur fiable et efficace dans les communautés hôtes de Maiduguri.

Malgré tout, les autres besoins importants sont évalués par la mission. Les populations affectées, essentiellement déplacées, ont besoin d’articles de première nécessité non alimentaires pour cuisiner et transporter l’eau.

L’accès et la disponibilité d’une eau propre est également un enjeu majeur. Comme la population impactée compte lourdement sur les ressources des communautés hôtes, l’amélioration des moyens de subsistance a aussi été identifiée comme une approche pertinente pour soulager le fardeau de ces communautés et améliorer leur bien-être ainsi que celui des populations déplacées.

Finalement, étant donné le type de crise et l’ampleur des déplacements de masse, les besoins psychosociaux apparaissent comme très importants pour ces dernières. La réponse de Première Urgence Internationale se développera donc le long des axes pré identifiés, passant en revue sa stratégie opérationnelle selon l’évolution de cette crise.

Nos partenaires

ECHO
Centre de Crise et de Soutien

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivitée accrue.
Faire un don