Sénégal

Contexte humanitaire

La situation politique est stable au Sénégal, pays dirigé depuis le 2 avril 2012 par le président Macky Sall.
Malgré les efforts consentis en matière de santé dans le Plan National de Développement Sanitaire, les contraintes suivantes apparaissent : le manque de ressources financières et d’organisation de certaines structures hospitalières est criant et l’accessibilité financière et géographique reste non encore effective dans certaines zones périphériques. Quant aux problèmes liés à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement (impactant les conditions d’hygiène et de santé des populations), ils se résument à un déficit persistant de l’approvisionnement en eau potable, une mobilisation de l’eau et une excentricité par rapport aux centres d’utilisation, une forte pression exercée sur les ressources en eau potable disponibles ainsi qu’une faible capacité financière en matière de prise en charge de l’assainissement.

Chiffres clés

2012
Année d'implantation
de la mission
18
Personnel national
1
Personnel expatrié
22 500
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale est présente au Sénégal depuis début 2012, date à partir de laquelle elle a commencé à travailler avec la Maison Médicale Pierre Fabre de Wassadou (MMPF, aujourd’hui MMW).
Suite à une rencontre en 2002 avec le Professeur Gilles Degois, Président fondateur de l’Association française Kinkeliba, un projet de construction d’un centre de santé de brousse est présenté et approuvé le 27 juin 2003. Une convention de partenariat est signée entre la dite Association et la Fondation Pierre Fabre en octobre 2003. Suite à un certain nombre de difficultés rencontrées par le Kinkeliba en 2010 et 2011, une mission d’audit financier et opérationnel est menée en février 2012, en vue d’une reprise de ses actions par Première Urgence Internationale.
Première Urgence Internationale gère donc les activités de la MMPF depuis le 1er juillet 2012, et reprend la gestion de la Maison Médicale.

Première Urgence Internationale en action

Première Urgence Internationale souhaite inscrire durablement ses interventions au Sénégal dans un contexte de développement favorable.
La priorité opérationnelle pour PUI au Sénégal en 2016 sera de consolider les activités mises en œuvre au sein de la MMW. Pour cela, PUI prévoit de renforcer l’autonomie financière de la MMW par un assainissement financier, la mise en place de procédures logistiques concrètes et la création d’une structure administrative et légale capable de s’insérer dans le système de santé public sénégalais en tant qu’acteur privé. L’autonomisation passe par une augmentation des recettes de la MMW, au travers d’une augmentation des bénéfices effectués sur la vente de médicaments mais également par l’appui aux activités génératrices de revenus développées au sein de la MMW. De plus, un axe de travail portera sur la visibilité et la notoriété de la MMW afin d’acquérir la confiance des parties prenantes (bénéficiaires et acteurs de la santé).
Pour l’avenir, PUI envisage d’élargir son champ d’intervention au Sénégal, comme dans le département de Kédougou où les besoins en nutrition sont importants.
Un positionnement de PUI au Sénégal reste stratégiquement intéressant pour l’organisation du fait de la présence de nombreux acteurs ou représentations régionales à Dakar et du rayonnement potentiel de cette dernière comme relais d’influence sur l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest.

 

La mission en images

L'actualité de la mission

Nos partenaires

Fondation Pierre Fabre

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivitée accrue.
Faire un don