Cameroun – PUI recherche une ONG/OSC spécialisée dans la gouvernance foncière pour conduire l’étude d’appui aux activités « Accès à la terre »


Sujet RECRUTEMENT D’UNE ONG/OSC SPECIALISEE DANS LA GOUVERNANCE FONCIERE POUR CONDUIRE L’ETUDE D’APPUI AUX ACTIVITES « ACCES A LA TERRE »

Nom du projet: « Pro-Résilience Action (PRO-ACT) »

Lieu : Cameroun, Régions d’Amadoua et de l’Est

Date de démarrage souhaitée : 3 février 2020

 

Contexte de l’étude

Cette évaluation fait partie d’un projet intitulé Pro-Résilience Action (PRO-ACT) conduit en consortium par 2  ONG françaises (Première Urgence Internationale et Solidarités International) et dont l’objectif général  est de réduire l’insécurité alimentaire et nutritionnelle en s’attaquant aux causes profondes de la vulnérabilité et en réduisant l’impact négatif des stress et des chocs dans les régions de l’Est et de l’Adamaoua au Cameroun.

 

Objectif de l’étude

L’étude conduite par l’ONG/OSC devra permettre de mieux comprendre les mécanismes d’attribution des terres et notamment définir les rôles et positions de chaque partie prenante, en identifiant les blocages et contraintes d’accès et en émettant des recommandations pour une facilitation permanente plus durable de l’accès et en proposant un modèle de contractualisation  en lien avec les autorités administratives et traditionnelles dans la zone couverte par les actions du projet PRO-ACT. Et il s’agira spécifiquement de :

  • Conduire des entretiens avec des informateurs clés
  • Se rendre dans la communauté et interroger des représentants des communautés
  • Identifier les obstacles liés à l’accès à la terre et à la propriété en général,
  • Identifier les impacts d’afflux des réfugiés centrafricains sur les droits d’accès à la terre
  • Evaluer le rôle des différentes parties prenantes dans la résolution des conflits fonciers ;
  • Identifier à travers les mécanismes existants et des opportunités pour faciliter l’accès des refugiés et populations hôtes à la terre et au pouvoir de décision relatif à la terre ;
  • Proposer un plan d’action pratique pour adresser les gaps relevés.
  • Organiser des ateliers de restitution au niveau local

Modalités et mise en oeuvre de l’étude

Dates :

La mission d’étude  débutera idéalement  le 03 Février 2020 pour une durée à définir par l’ONG/OSC avec la coordination du consortium. L’ONG/OSC devra produire au terme de la mission un rapport comprenant une fiche de synthèse avec les principales conclusions et recommandations traduisant les résultats de l’étude en actions pratiques , un résumé exécutif, un rapport provisoire et un rapport  final après intégration des retours de PUI et partenaires, les annexes, une présentation power point des résultats de l’évaluation et 2 restitutions.

Profil :

L’ONG/OSC devra avoir une expérience prouvée dans la gouvernance foncière, disposé des ressources  suffisantes pour bien mener la mission. La présence dans la zone du projet est un atout.

Lieu de mission :

Cameroun  Région de l’Est (Bétaré-Oya, Garoua-Boulaï) et de l’Adamaoua (Meiganga, Djohong, Ngaoui, Dir)

Conditions :

L’ONG/OSC devra soumettre les éléments suivants au plus tard le 31 Janvier 2020 : la compréhension des TdRs par le consultant (1-2 pages), la méthodologie proposée pour sa mise en œuvre (3-5 pages),  le chronogramme détaillé́,  les preuves de la reconnaissance juridique, le budget détaillé́, deux références et au moins un exemple d’étude « accès à la terre/gouvernance foncière » réalisée par l’ONG/OSC, l’attestation de compte bancaire.

Pour obtenir toutes les informations relative à cette appel d’offre cliquez ici

Pour envoyer votre candidature:

[email protected] avec copie à  [email protected]

Date limite de réponse : Clôturé

Nous vous conseillons également

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don