Cameroun: Apporter de l’eau potable aux populations vulnérables


Depuis 2013, les agissements de Boko Haram ont provoqué d’importants troubles sur la région du lac Tchad. L’extrême Nord du Cameroun n’a pas été épargné et a accueilli plus de 86 000 (1) réfugiés nigérians, fuyant pour sauver leur vie.

L’été 2015 a été marqué par une recrudescence des attaques terroristes sur le territoire camerounais dans les zones frontalières au Nigéria déclenchant ainsi des mouvements massifs de populations: ainsi près de 200 000 Camerounais ont fui leurs villages d’origine pour trouver refuge dans les villes et villages plus éloignés des frontières, notamment à Mora.

Ces déplacements de personnes aussi bien réfugiées que déplacées internes ont eu des conséquences dramatiques sur les conditions de vies dans ces villes d’accueil. Les ressources déjà limitées, se sont raréfiées, ne permettant pas aux nouveaux arrivants de répondre à leurs besoins les plus primaires telles que boire et se nourrir.

Afin d’apporter un soutien à ces personnes fuyant des épreuves traumatisantes et à leurs hôtes, Première Urgence Internationale a mené un projet grâce au soutien de la DG ECHO (2) (Union Européenne) afin de leurs apporter une double réponse : leur offrir un accès à l’eau et à la nourriture tout en renforçant leur capacités de résilience. Ainsi, la réponse s’est organisée en deux temps. Premièrement, répondre à l’urgence et aux besoins criants, puis, apporter un soutien durable en accompagnant ces populations vers une situation durablement améliorée et vers l’autonomie.

Photo porteurs d'eau

Photo : Porteurs d’eau à l’issue de la formation – Mora

C’est dans l’optique d’apporter une solution rapide qu’un système de portage d’eau a été mis en place permettant à près de 6 500 personnes en situation d’extrême vulnérabilité et dans l’incapacité physique d’accéder à des sources d’eau potable du fait de leur éloignement, de recevoir 3 litres d’eau potable par jour et par personne en attendant que Première Urgence Internationale réhabilite les points d’eau voisins pour un accès durable à une eau de qualité.

Ainsi, 30 jeunes issus la communauté d’accueil ont été formés aux bonnes pratiques d’hygiène et dotés en équipement  pour assurer la livraison de l’eau potable au plus démunis à l’aide de tricycle. Leur rôle ne se limitait pas à la livraison d’une eau saine mais ils étaient également les porte-paroles de messages de sensibilisation à l’hygiène, notamment sur le transport, le stockage et la consommation de l’eau afin d’améliorer les connaissances et les pratiques des ménages bénéficiaires.

Ce système permet d’accéder aux ménages, même dans les zones reculées et offre une bonne alternative au « water trucking » par camion-citerne très coûteux et nécessitant une logistique complexe.

Des analyses d’eau ont été pratiquées au sein de ménages pour s’assurer de la pureté de l’eau distribuée et éviter tout risque sanitaire pour la population.

Cette action a également eu des retombées positives sur l’économie de la zone, dévastée suite à la dégradation de la situation sécuritaire. La distribution de l’eau a été réalisée grâce un système de coupons pour éviter la circulation de monnaie liquide et ainsi limiter les fraudes et garantir la sécurité aussi bien des bénéficiaires que des porteurs. Les porteurs d’eau échangeaient les coupons récoltés auprès des ménages suite à la livraison, contre leur rémunération. Ce système a ainsi permis d’initier une redynamisation de la zone via l’injection de monnaie dans l’économie locale.

 

(1) Statistiques UNHCR -15 novembre 2016

(2) Nom du projet « Réponse multisectorielle en faveur des populations déplacées et populations hôtes, impactées par la crise sécuritaire dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun » de novembre

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don