Réponse d’urgence : avec les réfugiés nigérians au Cameroun


Dans le nord du Cameroun, les équipes de Première Urgence Internationale ont mis en place une assistance d’urgence pour venir en aide aux réfugiés nigérians, qui arrivent massivement depuis fin janvier. En coordination avec l’ensemble de la communauté humanitaire, les équipes participent au recensement de ces déplacés et assurent la réponse en eau, hygiène et assainissement. 

Depuis la mi-janvier, de nouveaux déplacements de populations sont observés depuis le Nigeria en direction du Cameroun. Les réfugiés arrivent notamment de la ville de Rann, dans le nord-est du pays. Les groupes armés à l’œuvre au Nigeria ont redoublé d’intensité dans leurs attaques. L’occupation de Rann, qui comptait plus de 70 000 habitants, a entraîné des départs massifs de la population. D’abord déplacés en brousse, ces Nigérians ont ensuite franchi la frontière, marquée par la rivière El Beid. Aujourd’hui, on dénombre plus de 35 000 personnes qui ont traversé la frontière, à pied, laissant tout derrière eux.

Fournir un accès à l’eau potable

« Nous dormons dans une petite tente construite avec du bois et du tissu, témoigne Dirita, 49 ans, arrivée de Rann le 28 janvier avec ses enfants. Nous n’avons rien pu emmener avec nous. Mes enfants sont malades et ne vont plus à l’école. Je n’ai pas d’eau ni de nourriture pour eux. » Elle compte sur les ONG sur place pour combler ses besoins de première nécessité. Hewa, une autre réfugiée de 65 ans, confirme : « Il était très difficile de trouver de l’eau. Avec ce réservoir ce sera désormais plus simple. »

Les trois réservoirs, apportés par Première Urgence Internationale, permettent de répondre aux besoins en eau de 4 000 personnes. Installés dans un village qui accueille des réfugiés, « il faciliteront l’accès à l’eau potable et diminueront le risque d’apparition de maladies hydriques pour des populations déjà très affaiblies,  analyse Camille Saulnier, cheffe de mission de Première Urgence Internationale dans le pays. La communauté locale et les réfugiés sont associés à la gestion et l’entretien des points d’eau, ainsi qu’à la sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène. » Les équipes de Première Urgence Internationale approvisionnent des réfugiés en eau, ainsi qu’en chlore et en savon. Elles ont également construit des latrines et d’autres dispositifs relatifs à l’hygiène. Désormais elles préparent aussi  la distribution de kits de biens de première nécessité.

Intensifier la réponse humanitaire

« Les premières équipes sont arrivées dès les premiers jours pour constater les besoins. Les besoins en eau, abris, nourritures et biens de première nécessité sont très importants. Une dizaine d’organisations (Nations Unies et ONG) sont sur place aujourd’hui. Nous allons devoir intensifier l’aide humanitaire car, face à l’insécurité, les populations réfugiées n’expriment aucun désir de retour au Nigeria », conclut Camille Saulnier.

Ce projet est mis en œuvre avec le soutien de la Direction générale pour la protection civile et les opérations d’aide humanitaire européennes de la Commission européenne (DG ECHO).

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don