Un téléphone pour faire ses courses au marché de Beaumont


Du cash sur un téléphone mobile. C’est le principe qui a été instauré à Haïti afin d’aider les populations qui restent profondément affectées par le passage de l’ouragan Matthew, depuis octobre dernier.

Retrouver l’autonomie avec un téléphone

Nous sommes mardi, jour de marché à Beaumont, une commune haïtienne de la Grand’Anse et une famille doit préparer son seul repas quotidien. En temps normal, à cette saison, les haïtiens  plantent et récoltent les pois, ils  vendent le café cultivé durant l’année, ou encore préparent le « Tonmtonm », une purée à base d’ignames. Cependant, l’ouragan Matthew a détruit en octobre 2016 toutes leurs récoltes. Leur seule source d’approvisionnement, en attendant la prochaine récolte, est le petit marché de la commune.

Aujourd’hui, grâce au projet de Première Urgence Internationale, cette famille pourra acheter ses légumes au marché de Beaumont uniquement à l’aide de son téléphone mobile. En effet, 3 500 habitants du département de la Grand’Anse, en difficulté depuis le passage de l’ouragan, bénéficient actuellement de transfert d’argent, crédité sur une carte Sim via un opérateur téléphonique local.

Après avoir participé à une formation sur les modalités d’utilisation de l’argent et les fraudes éventuelles, chaque ménage reçoit un montant de 105 euros par mois (soit 60% de leur panier alimentaire mensuel1) pour pouvoir se procurer les aliments et les produits nécessaires durant les 4 mois de soudure2.

Dans le cadre de ce projet, une attention particulière est portée au suivi mensuel des prix sur les marchés afin de pouvoir pallier rapidement une éventuelle fluctuation des prix en ajustant la somme transférée aux bénéficiaires.

Les populations touchées plus à même de connaitre leurs besoins

Cette modalité de distribution alimentaire s’appelle communément du « cash inconditionnel ». Elle peut poursuivre des objectifs variés et se caractérise par l’absence de contrepartie de la part des bénéficiaires de l’aide.

Les transferts de liquidités inconditionnels suivent un principe d’autonomie : les bénéficiaires disposent d’une indépendance quant à l’utilisation de l’argent qu’ils reçoivent. Le système permet de venir en aide aux personnes les plus vulnérables (personnes âgées, malades, en situation de handicap, etc.).

Dans certains contextes, le transfert d’argent aux bénéficiaires est plus adapté que des dons d’aliments, de bétail ou autre. En effet, laisser le choix aux bénéficiaires, c’est reconnaître que les populations touchées sont plus à même de connaître leurs besoins immédiats et prioritaires que leurs « donateurs ».

Sécurité alimentaire, accès à l’eau, hygiène et santé : l’approche intégrée

Grâce à l’argent reçu, les ménages peuvent se concentrer sur leur besoin imminent d’assistance alimentaire. En parallèle, l’approche intégrée, développée par Première Urgence Internationale, vise à intervenir sur les déterminants et les causes de la vulnérabilité des bénéficiaires afin d’améliorer l’impact de ses interventions.

En effet, la réponse au lendemain du passage de l’ouragan Matthew couvre un ensemble de besoins. Elle se concentre sur plusieurs secteurs : sécurité alimentaire, accès à l’eau, hygiène et santé avec notamment des activités de distribution de kits de nettoyage dans 200 abris collectifs et écoles, la distribution de 1 000 kits d’hygiène et des séances de sensibilisation, le déploiement de deux cliniques mobiles mais aussi la réhabilitation d’un centre de santé et de trois centres de traitement du choléra, d’un entrepôt de chlore ainsi que, la mise en place de points de réhydratation orale et la réhabilitation de 10 bassins de recueil des eaux de pluie. A cela viennent s’ajouter, des activités de relance agricole, de réhabilitation des abris individuels et d’écoles touchées par le séisme. La combinaison de ces différentes activités permet d’améliorer l’impact pour les populations bénéficiaires.

 

1Le montant du panier alimentaire mensuel par ménage est basé sur le montant présenté par la Coordination nationale de la sécurité nationale (CNSA), à savoir 1087 gourdes (HTG) par individu (un peu plus de 15 euros) et par mois soit 7609 HTG (105 euros) par ménage. Le montant de l’assistance que propose Première Urgence Internationale couvrira 60% du panier alimentaire mensuel, soit environ 4600 HTG (64 euros) pendant 4 mois (période de soudure).

2La soudure est la période précédant les premières récoltes et où le grain de la récolte précédente peut venir à manquer. Il y a alors souvent pénurie et flambée brutale des prix parfois accentuée par la spéculation.

 

*Les activités sont financées avec le soutien du programme d’aide humanitaire européen (ECHO)

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivitée accrue.
Faire un don