Haïti

Contexte humanitaire

Après avoir changé de trajectoire au dernier moment, l’ouragan Matthew, de force 4 sur une échelle en comptant 5 (1), et avec des vents soufflant à 215 km/h, a frappé de plein fouet Haïti, le 4 octobre 2016, impactant gravement les départements du Sud, des Nippes et de la Grande Anse. Si le passage du cyclone a entrainé la mort de 546 personnes, OCHA estime aujourd’hui que 2,1 million de personnes sont en besoin d’assistance humanitaire dont 806 000 nécessitent une assistance d’urgence immédiate. Les dégâts matériels sont immenses, les inondations ont été dévastatrices et de nombreux habitants fuient les zones sinistrées.
Dans le département de la Grande Anse, la quasi-totalité des maisons ont été détruites par le passage de l’Ouragan, 90% des récoltes ont été fortement endommagées, et les infrastructures de santé ont été démolies. L’accès à l’eau potable et à l’assainissement sont les enjeux majeurs de cette crise, accroissant le risque d’une recrudescence importante des cas de choléra.

Chiffres clés

2016
Année d'implantation
de la mission
12
Personnel national
4
Personnel expatrié
45 000
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Quelques jours après le passage de l’ouragan Matthew, une équipe d’urgence Première Urgence Internationale a été déployée en Haïti afin d’évaluer les besoins principaux, et de s’inscrire dans la réponse d’urgence, en coordination avec les ONG présentes sur place, les agences des Nations Unies ainsi que les autorités de l’Etat. Après plusieurs réunions de coordination, l’équipe a décidé de se focaliser sur le département de la Grande Anse où les besoins sont les plus importants en l’absence d’acteurs humanitaires dans la région.

Première Urgence Internationale possède une forte connaissance du territoire Haïtien, l’ONG a en effet quitté le pays fin 2013 après 29 ans passés aux côtés de la population. Première Urgence Internationale s’était alors retirée du pays en remettant au gouvernement haïtien une structure de santé autonome, en capacité de fournir des soins de santé materno-infantile de qualité à des publics particulièrement vulnérables.

Première Urgence Internationale en action

Face à l’ampleur du désastre, les défis pour les autorités haïtiennes sont énormes et se jouent à tous les niveaux. Les zones ciblées par les actions de Première Urgence Internationale se situent sur les communes de Pestel et de Beaumont, dans le département de la Grande Anse.
La quasi-totalité des structures de santé de la Grande Anse ont été partiellement ou totalement détruites lors du passage du cyclone. Ainsi en coordination avec les autres acteurs, Première Urgence Internationale réhabilite des structures de santé de Beaumont et Duchity. Parallèlement Première Urgence Internationale dote les structures appuyées des équipements médicaux nécessaires à la mise en oeuvre du service (table d’accouchement, matériels de suture, bassines, lits, balances, chlore…) et assure l’approvisionnement en médicaments pour la prise en charge des pathologies. L’organisation facilite également l’acheminement des intrants nécessaires au programme de vaccination et assure notamment le maintien de la chaîne de froid.

La mission en images

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivitée accrue.
Faire un don