Bande de Gaza: Première Urgence Internationale appelle la communauté internationale à intervenir et à assurer l’accès aux services essentiels de la population


Communiqué de presse

Bande de Gaza: Première Urgence Internationale appelle la communauté internationale à intervenir et à assurer l’accès aux services essentiels de la population

Paris, le 19 juillet 2017 — Depuis le dernier conflit en 2014, la situation humanitaire n’a cessé de se détériorer dans la bande de Gaza affectant les conditions de vie d’une population déjà affaiblie. La crise de l’électricité actuellement en cours exacerbe des conditions de vie déjà très difficiles. Selon les derniers rapports, Gaza sera « invivable » d’ici 2020 si des mesures immédiates ne sont pas prises.

Cinquante ans après le début de l’occupation israélienne, 10 après le début du blocus et 3 ans depuis la dernière guerre, la situation humanitaire dans la bande de Gaza reste critique.

Nous sommes profondément inquiets face aux conditions de vie de la population gazaouie”, dit Jehad Abu Hassan, Coordinateur terrain de Première Urgence Internationale à Gaza. “La plupart des civils ne reçoivent que deux heures d’électricité par jour et n’ont pas accès aux services de base, comme l’eau, les soins de santé et l’éducation. Malgré l’absence d’hostilités, la situation reste préoccupante”.

Quelques chiffres clés illustrant la situation actuelle dans la bande de Gaza [1] [2]

• 2 millions de personnes vivent aujourd’hui dans la bande de Gaza, dont 1,2 millions ont besoin d’une assistance humanitaire
• 47% des ménages n’ont pas assez de nourriture
• 96% de l’eau disponible n’est pas potable
• Seulement 26 à 46% de la demande énergétique est satisfaite
• 25% des terres cultivées situées dans la zone d’accès restreint sont menacées par la sécheresse [3]

Première Urgence Internationale invite les États tiers, et en particulier l’Union européenne et ses membres, à faire pression sur Israël et sur l’Autorité Nationale Palestinienne, afin qu’ils respectent leurs obligations d’assurer aux Gazaouis victimes de cette situation, un accès aux services essentiels. Si aucune mesure n’est prise d’urgence, Gaza deviendra ‘invivable’ d’ici 2020.

A propos de Première Urgence Internationale
Première Urgence Internationale est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale, à but non lucratif, apolitique et laïque, dont la vocation est de défendre les droits fondamentaux de la personne, tels que définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Notre objectif : permettre aux populations de recouvrer durablement autonomie et dignité.
Nos équipes se mobilisent au quotidien pour couvrir les besoins fondamentaux des victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues par les effets de catastrophes naturelles, de guerres et de situations d’effondrement économique. Ainsi, nous intervenons dans des domaines complémentaires tels que la santé, la sécurité alimentaire, la nutrition, la réhabilitation et la construction d’infrastructures, l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la relance économique, l’éducation et la protection. Première Urgence Internationale porte assistance à plus de 7 millions de personnes à travers 21 pays situés en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, dans les Caraïbes et en Europe.
Plus d’informations sur : www.premiere-urgence.org

[1] UNCT Report – Gaza 10 years later. 11 July 2017

[2] AIDA Open Gaza Infographic

[3] Selon le Ministère palestinien de l’Agriculture – 12 juillet 2017

Contact presse
Sophie Odeh – [email protected] – 01 55 66 99 66 / 07 83 42 57 19

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don