République centrafricaine : renforcer l’accès aux soins et améliorer la sécurité alimentaire des populations vulnérables de Bamingui-Bangoran


Depuis 2018, Première Urgence Internationale met en œuvre un projet de provision d’une assistance médico-nutritionnelle d’urgence et de renforcement du système de santé primaire et secondaire dans la Préfecture de la Bamingui-Bangoran en République centrafricaine. Une initiative rendue possible grâce au soutien du Fonds Bêkou de l’Union européenne.

La Bamingui-Bangoran, Préfecture du nord-est de la République centrafricaine, est l’une des plus fragiles du pays, de par son isolement géographique, économique et politique. La zone a connu de fortes tensions sécuritaires pendant l’année 2020, ce qui a accentué la vulnérabilité des populations. Notre présence permet d’appuyer le système de santé de base et d’atténuer les chocs sécuritaires en garantissant aux populations un accès à des soins de santé de qualité.

Première Urgence Internationale | Salle de stérilisation de l'hôpital de district de Ndélé dans le cadre du renforcement du système de santé dans la Préfecture de la Bamingui-Bangoran en République centrafricaine

© Première Urgence Internationale | Salle de stérilisation de l’hôpital de district de Ndélé

Ce projet vise à assurer la permanence de la couverture de soins, tout en renforçant les capacités des acteurs du système de santé dans la Préfecture de Bamingui-Bangoran. Pour cela, nos équipes appuient l’hôpital du district de Ndélé, la principale ville de la Préfecture.

Soutenir les centres de santé existants de Bamingui-Bangoran

De plus, nous apportons notre soutien à 25 formations sanitaires (FOSA)* sur les 28 que compte la zone, ce qui permet l’accès aux soins à toutes les populations des aires couvertes par ces FOSA.

En termes d’accompagnement, nous réalisons des supervisions de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre des activités auprès des équipes de chaque formation sanitaire et de l’hôpital pour une meilleure prise en charge des patients.

Cela permet également de renforcer les capacités du personnel de santé et de pérenniser l’action de Première Urgence Internationale sur le long terme. Par ailleurs, nous fournissons également un appui matériel et assurons les approvisionnements des FOSA en médicaments.

« Au niveau du dispensaire de Ndélé, le personnel de Première Urgence Internationale nous prête main-forte lors des prestations de soins. Il nous assiste durant les consultations et nous appuie dans la prise de décisions pour les référencements des cas de patients graves vers l’hôpital », explique Sali Levi, Infirmier secouriste et Chef du centre de santé urbain de Ndélé.

Hôpital de district de Ndélé où Première Urgence Internationale travaille sur le renforcement du système de santé dans la Préfecture de la Bamingui-Bangoran en République centrafricaine

© Première Urgence Internationale | Hôpital de district de Ndélé

« Grâce à Première Urgence Internationale, les soins sont gratuits au niveau de l’hôpital, pour tous les patients. De plus, chacun d’eux peut recevoir le traitement dont il a besoin après avoir réalisé une consultation car l’ONG permet l’approvisionnement en médicaments. », témoigne Adeline Moustapha, Gérante de la pharmacie de l’hôpital de Ndélé

Agir contre la malnutrition

Nos équipes participent aussi à la prise en charge des enfants malnutris de la Préfecture. En 2020, 673 enfants en état de malnutrition aiguë sévère ont été admis dans les différents services de nutrition de la Bamingui-Bangoran grâce à l’appui de Première Urgence Internationale.

En effet, l’isolement de la Préfecture est renforcé par une saison des pluies qui dure jusqu’à six mois dans l’année, avec des inondations récurrentes. Ces difficultés d’accès viennent exacerber la situation nutritionnelle et alimentaire préoccupante de la région.

En septembre 2020, le village de Ngarba à la frontière tchadienne, a été victime de vastes inondations entraînant le déplacement de plus 2 500 personnes. Nos équipes  ont pu réaliser deux missions de soutien au poste de santé de Ngarba, notamment en termes d’accès aux services de base en santé et nutrition, grâce à la mise en place d’une clinique mobile auprès des sinistrés.

©Première Urgence Internationale | Dépouillement des médicaments dans la pharmacie Ndélé, au premier plan on peut voir la gérante de la pharmacie de l'hôpital

© Première Urgence Internationale | Contrôle des médicaments réceptionnés dans la pharmacie de l’hôpital de district de Ndélé

Distributions alimentaires

Dans l’objectif de garantir la sécurité alimentaire des populations, nous avons également réalisé, de novembre 2020 à janvier 2021, trois  distributions alimentaires auprès de 350 ménages vulnérables comprenant des enfants malnutris.

Ces distributions se sont faites dans le cadre d’un projet financé par le Comité interministériel d’aide alimentaire (CIAA) de la France, qui visait à appuyer les ménages les plus vulnérables à travers des distributions de vivres alimentaires.

« C’est la première fois que j’ai pu bénéficier d’une distribution alimentaire. Mon fils de deux ans était traité dans un centre de santé pour malnutrition. Grâce à la quantité et la diversité de nourriture que nous avons reçue, sa santé a continué à s’améliorer après sa prise en charge médicale ! », se réjouit une femme qui a bénéficié des distributions de vivres dans le village d’Alihou, à une dizaine de kilomètres de la ville de Ndélé.

En effet, nos équipes ont pu constater une baisse de fréquentation dans les centres de santé des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère suite au programme de distribution de vivres alimentaires. Cette complémentarité des actions permet d’assurer une résilience sur le long terme et un impact plus grand sur les populations appuyées.

©Première Urgence Internationale | Sensibilisation sur les bonnes pratiques en nutrition et en hygiène des ménages bénéficiant des distributions alimentaires

© Première Urgence Internationale | Sensibilisation sur les bonnes pratiques en nutrition et en hygiène des ménages bénéficiant des distributions alimentaires

Première Urgence Internationale intervient en République centrafricaine depuis 2007. La mission développe une approche intégrant différents aspects tels que la réhabilitation, reconstruction de logement, l’accès à des moyens d’existence, la situation sanitaire et l’accès à l’eau potable. Les équipes effectuent ensuite de l’accompagnement au retour des déplacés dans leurs quartiers d’origines à Bangui.

En faisant un don à Première Urgence Internationale, vous permettez aux équipes de continuer leurs actions sur place tout en mettant en œuvre de nouveaux projets pour venir en aide aux populations vulnérables.

*Les formations sanitaires (FOSA) peuvent être des postes de santé, centres de santé ou hôpitaux


Nous vous conseillons également

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don