Objectif : faciliter l’accès à l’emploi en Jordanie


Première Urgence Internationale est présente en Jordanie depuis 2013, pour répondre aux besoins les plus urgents des réfugiés syriens et des populations hôtes vulnérables. Afin de fournir une réponse humanitaire durable, l’ONG cherche à garantir des moyens de subsistance aux populations. L’un des objectifs prioritaires est de permettre aux réfugiés et aux Jordaniens vulnérables de se faire une place sur le marché de l’emploi.

Accès à l'emploi en Jordanie

Un contexte économique plein de défis

Huit ans après le début de la crise en Syrie, la situation reste critique dans les pays voisins, et continue à générer aujourd’hui d’importants besoins humanitaires. La Jordanie fait partie des premiers pays d’accueil des populations syriennes. Ainsi, 671 000 réfugiés syriens sont enregistrés dans le pays, dont 85% vivent sous le seuil de pauvreté. Le pays accueille également plus de 2 millions de réfugiés palestiniens, et d’autres populations réfugiées.

Cet afflux de réfugiés en Jordanie pèse sur le contexte économique, provoquant inflation et augmentation du coût de la vie. Cette crise augmente aussi la pression sur les ressources et infrastructures du pays. Le chômage est devenu problématique. Selon le Département jordanien des Statistiques, le taux de chômage national a atteint 18,7% en 2018. Il frappe encore plus violemment les jeunes, avec un taux à 36% pour les 15-24 ans. La situation est particulièrement compliquée pour les réfugiés syriens, qui luttent pour avoir l’autorisation de travailler.

Recueillir le point de vue des demandeurs d’emploi en Jordanie

Première Urgence Internationale est présente en Jordanie depuis 2013, et a développé une réponse humanitaire multisectorielle pour répondre à cette crise, dans les gouvernorats d’Amman, Zarqa, Ajloun, Jerash et Balqa. Le gouvernorat d’Amman, capitale de la Jordanie, est celui qui accueille le plus de réfugiés syriens.

Les équipes de Première Urgence Internationale mettent ainsi en œuvre des programmes dans les secteurs de la protection, la santé, et l’éducation. “Les moyens de subsistance représentent le meilleur soutien que nous pouvons fournir à ces populations vulnérables, réfugiés comme Jordaniens. Cela leur permet à terme d’être en capacité de subvenir à leurs propres besoins”, développe Martin Rosselot, chef de mission Première Urgence Internationale dans le pays. Depuis six ans, l’ONG répond aux besoins urgents des populations, et améliore leur accès à la santé et à l’éducation. Aujourd’hui, de plus en plus, la mission mène également des activités liées à l’accès à l’emploi. Afin de permettre aux bénéficiaires ciblés de générer leurs propres revenus, de manière durable.

Première Urgence Internationale, en lien avec le Plan d’action Jordanien (JRP), s’efforce de transformer la crise régionale en une opportunité de développement, et de combler les écarts de développement humain, à travers la création d’emplois et le soutien aux populations pour leur permettre de gagner leur vie. En janvier et février 2019, Première Urgence Internationale a organisé 18 groupes de discussion, mixant Jordaniens et réfugiés syriens. Le but : connaître leurs perceptions en tant que demandeurs d’emploi en Jordanie. Pour analyser leur perception de leurs propres compétences, des opportunités d’emploi existantes, et des obstacles auxquels ils font face. Ces groupes de discussions ont permis de formuler plusieurs conclusions et recommandations.

“Ne laisser personne derrière”

Les demandeurs d’emploi ont souligné la nécessité de formations, pour pouvoir développer leurs compétences et leur savoir-être. Tous les groupes, dans tous les gouvernorats, ont confirmé que leur manque d’éducation et d’expérience étaient des obstacles  dans leur recherche d’emploi. “Il est important que nous les aidions à être mieux armés, souligne Martin Rosselot. Pour leur permettre de développer des compétences techniques, mais également des compétences générales ; la communication ; la gestion du temps ; ou encore une bonne maîtrise de l’anglais.”

L’étude menée par Première Urgence Internationale a aussi mis en évidence la nécessité d’adopter des mesures spécifiques, pour remédier aux inégalités d’accès à l’emploi en Jordanie et éliminer certaines barrières. Les jeunes, les femmes, les réfugiés syriens, et les personnes en situation de handicap rencontrent en effet des difficultés supplémentaires à s’intégrer et à accéder à l’emploi. “Notre rôle est de contribuer à réduire ces obstacles, souligne le chef de mission. L’objectif de Première Urgence Internationale est de ne laisser personne derrière. C’est extrêmement important de sensibiliser la population aux inégalités existantes. Pour lutter contre les préjugés, et proposer à tous les demandeurs d’emploi des conditions et infrastructures adaptées.

Les résultats de cette étude serviront de base pour l’élaboration future des prochaines activités de Première Urgence Internationale en Jordanie.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don