Aperçu du camp Kilo 7 en Irak


Depuis mars 2017, Première Urgence Internationale élargit sa zone d’intervention au gouvernorat d’Anbar en Irak, apportant une aide d’urgence aux personnes dans le besoin. Ces activités contribuent à la reprise des services dans la région, où les personnes touchées par le conflit redémarrent progressivement leur vie.

La ville où intervient Première Urgence Internationale pour fournir des soins de santé en Irak est complètement détruite

Kilo 7

La clinique mobile de Première Urgence Internationale marque l’arrêt à Kilo 7. 650 familles vivent ici. Le camp de Kilo 7 est un camp informel de personnes déplacées internes. A l’origine, c’était un quartier résidentiel d’immeubles mais il a été affecté par le conflit et a subi de fortes destructions. Les habitants originels ont fui. Entre temps, d’autres déplacés qui n’avaient nulle part où aller ont commencé à s’installer ici au milieu des immeubles détruits et abandonnés. Son nom vient du fait que le camp se situe au kilomètre 7 de la route près de laquelle il est installé. Les personnes déplacées qui vivent dans le camp ne peuvent pas retourner chez elles, soit parce que la zone n’est toujours pas sécurisée, soit parce que leur maison a été détruite, soit parce qu’ils n’ont pas les moyens financiers pour le faire.

Une femme et sa fille approchent lentement de l’infirmière de la clinique mobile. « Est-ce que vous avez terminé votre installation ? Le docteur nous a demandé de revenir pour une consultation avec ma fille ». A Ramadi, dans l’ouest du gouvernorat d’Anbar, une des cliniques mobiles de Première Urgence Internationale, composée de docteurs, infirmiers, pharmaciens et assistants médicaux visite régulièrement ce camp informel. Les équipes organisent des consultations gratuites, fournissent des médicaments et informent sur les pratiques de santé et d’hygiène et notamment sur les conditions de vie dans les lieux bondés.

Des personnes sans accès à des services de santé

Une femme vient récupérer des médicaments après une consultation faisant partie du programme de Première Urgence Internationale de fournir des soins de santé en Irak

Après leur consultation avec le docteur, une femme et sa fille récupèrent les médicaments prescris à la pharmacie de Première Urgence Internationale installée à Kilo 7

Harith Audah, référent santé de Première Urgence Internationale à Ramadi en charge d’encadrer les activités mobiles, explique à quel point ce soutien est important pour les populations qui n’ont pas accès aux services les plus basiques. Ensemble avec sa famille, il a dû quitter sa ville de Fallujah à Anbar, pour rejoindre le Kurdistan irakien durant le conflit. Il n’a pu y retourner que récemment. Il était lui-même une personne déplacée pendant 3 ans, bénéficiant des services d’autres organisations humanitaires, et maintenant il essaie d’aider les autres dans le besoin.

« Nous pouvons le voir quand nous arrivons sur le terrain, ils sont heureux parce que nous brisons leur routine et apportons quelque chose de bien. » nous explique Harith.

La première ONG internationale à intervenir dans l’Ouest Anbar auprès des personnes retournées

En plus des activités mobiles pour les personnes déplacées, Première Urgence Internationale soutient la reprise générale des services de santé à Anbar. Alors que les batailles militaires de grande échelle contre le groupe de l’État islamique se sont calmées, les gens retournent progressivement dans leurs villes et leurs villages, où les routes, maisons, hôpitaux et écoles doivent être reconstruits. Dès que les zones de l’ouest d’Anbar ont été à nouveau accessibles, Première Urgence Internationale a été la première organisation humanitaire internationale à soutenir les familles rapatriées.

Nouveaux services de santé pour 30 000 personnes

Première Urgence Internationale a soutenu matériellement, financièrement et techniquement l’Hôpital Général Obaidi dans le quartier d’Al-Qa’im (Anbar). Auparavant sous le contrôle du groupe de l’État islamique, le district d’al-Qa’im et ses habitants étaient sans aide gouvernementale ou humanitaire depuis 2014. Le bâtiment de l’hôpital a été partiellement détruit et ne fonctionnait plus depuis. Grâce aux travaux de réhabilitation et à la fourniture d’équipements essentiels, l’établissement est à nouveau opérationnel et fournit des services de soins de santé primaires à une population de 30 000 personnes.

Mustafa, le premier bébé né à Obaidi

En plus du manque de services de soins de santé primaire, les zones de l’ouest d’Anbar ont été laissées sans aucun service de santé reproductive disponible. Les familles n’avaient pas accès aux soins prénatals, aux consultations gynécologiques. Les femmes donnaient principalement naissance à domicile, sans assistance. Première Urgence Internationale s’est ainsi engagée à soutenir avec des équipements la création d’une salle d’accouchement d’urgence à Obaidi. Les médecins, les infirmières et les sages-femmes sont désormais en mesure de fournir des services de santé reproductive de qualité aux femmes. L’équipe de Première Urgence Internationale en Irak était même très fière d’assister le 4 mai à la naissance de Mustafa, le premier bébé né à Obaidi. C’était le premier accouchement sain à être effectué dans la région avec un équipement, stérilisation et personnel médical adéquats depuis plus de quatre ans.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don