Soigner les corps et les esprits : le soutien psychosocial au Nigeria


Pour permettre aux populations de retrouver leur autonomie, soigner les traumatismes psychologiques est aussi important que de soigner la souffrance physique ou d’assurer la sécurité alimentaire. Au Nigeria, Première Urgence Internationale a mis en place un programme d’assistance dédié aux victimes traumatisées par les violences subies. Entretien avec le Docteur Hazim Abdulkarim, référent en santé mentale et soutien psychologique au Nigeria.

Soutien psychosocial au Nigeria

À Maiduguri, Première Urgence Internationale intervient depuis plusieurs années en soutien aux populations déplacées, arrivées massivement pour fuir les combats dans le nord-est du Nigeria. L’association fournit notamment des soins de santé et une assistance alimentaire. Depuis quelques mois, un accompagnement plus poussé est proposé aux victimes de traumatismes psychologiques. « Quand on a subi ce type de violences et de traumatismes psychologiques, on ne s’en sort pas indemne. Et on s’en sort rarement tout seul », expose d’entrée Hazim Abdul Karim.

« Nous avons lancé le programme en octobre 2018. La première priorité était d’évaluer précisément les besoins, puis recruter et former nos équipes. Les premières consultations ont eu lieu en décembre. Une équipe de 11 personnes gère désormais le programme dans cinq centres de santé du quartier de Bolori II, détaille Hazim. La formation était cruciale. Dans ce type de programme, la confiance entre le patient et l’équipe est la clé de la réussite. Nous devions notamment assurer une confidentialité parfaite pour nos patients. »

Un soutien psychosocial indispensable au retour à l’autonomie des victimes

Première Urgence Internationale réalise des diagnostics et plusieurs types d’accompagnement psychologique. Les cas les plus lourds sont référés au service psychiatrique de l’hôpital de la ville.

« Dès le mois de décembre, 84 % de nos patients étaient des femmes. Elles ont été particulièrement exposées à toutes les violences dans cette crise. Elles souffrent notamment de troubles du sommeil, de dépressions, de crises de pleurs, de troubles de l’appétit, etc. L’accompagnement psychologique est indispensable pour leur permettre de s’en sortir. »

Afin de sensibiliser de nouveaux patients, Première Urgence Internationale s’appuie sur les systèmes de recommandations qui existent au sein des communautés. « Nous comptons beaucoup sur la sensibilisation communautaire pour nous permettre de faire accepter les soins de ce type et améliorer la détection des cas. Nous sommes très satisfaits des premiers mois de ce programme. Il répond à un besoin réel de la population. Nous suivons déjà plusieurs centaines de personnes dans le quartier. Grâce à ce programme, de nombreuses personnes peuvent reprendre une vie un peu plus normale. »

Soutien psychosocial au Nigeria
Une équipe de Première Urgence Internationale lors d’une séance de sensibilisation aux soins de santé mentale.

 

 

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don