Rougeole en RDC : détecter les premiers signes pour agir au plus vite


La République démocratique du Congo fait face à une épidémie de rougeole de grande ampleur. En RDC en 2019, 6 000 personnes ont succombé à cette maladie qui reste l’une des causes importantes de décès du jeune enfant, alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace. Première Urgence Internationale intervient dans les provinces du Kasaï et du Kasaï central dans la prise en charge, la réponse et la formation du personnel soignant et des relais communautaires.

« Les cas de décès surviennent lorsque les malades sont pris en charge trop tardivement », explique Rémy Kalenga, responsable de projet santé pour Première Urgence Internationale en République démocratique du Congo  « Il faut donc détecter le plus tôt possible les premiers signes de cette maladie », ajoute-t-il.

Première Urgence Internationale organise des formations auprès de relais communautaires qui ont pour mission de rechercher activement les cas, les référer vers les structures de soins et  sensibiliser dans leur communauté sur les premiers signes de la rougeole et sur la vaccination. Éruption cutanée, toux, fièvre ou forte toux, dès l’apparition de ces symptômes, ces personnes à risque doivent être dirigées de toute urgence dans un centre de santé pour être soignées.

La vaccination est insuffisante dans certaines zones du pays

Début janvier, 80 cas de rougeole ont été rapportés dans le Kasaï central et environ 150 cas dans le Kasaï. « Il y a une baisse du nombre de cas début 2020 mais les données révèlent que la courbe n’est pas régulière. Ces chiffres restent alarmants », souligne Rémy.

Les 26 provinces de la RDC sont touchées par l’épidémie qui a débuté en juin 2019 et n’a pas pu être stoppée malgré une campagne de vaccination de masse organisée en novembre dernier. « Nous constatons que dans certaines zones la vaccination est insuffisante car les enfants ne sont pas recherchés activement ou le calendrier vaccinal n’est pas respecté ». Mi-janvier, le nombre de cas déclarés est de 300 000 malades.

Les relais communautaires, formés par Première Urgence Internationale, se rendent dans les zones plus difficiles d’accès pour sensibiliser à la vaccination. Les formations sont effectuées dans le dialecte des communautés, ce qui permet de toucher un plus grand nombre de personnes. « C’est la clé », ajoute Rémy, « nous allons pouvoir rechercher activement les cas ».

 

Rougeole en RDC

« La pire épidémie de rougeole au monde »

Les équipes de Première Urgence Internationale forment également le personnel soignant des centres de santé et des équipes cadres dans les zones de santé afin de réactualiser certaines connaissances sur la maladie et de répondre à des questions précises sur l’épidémie en cours.

Première Urgence Internationale souhaite également déployer des cliniques mobiles constituées de personnel soignant qui se déplacera auprès de communautés trop éloignées des centres de santé. Des efforts indispensables pour venir à bout de ce que l’Organisation mondiale de la santé qualifie de « pire épidémie de rougeole au monde »1.

1OMS 8 janvier 2020

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don