Afghanistan : 40 ans d’archives exposés à Kaboul


En 2020, Première Urgence Internationale marque les 40 ans de son intervention humanitaire en Afghanistan. Un triste anniversaire, qui rend nécessaire de remettre en lumière cette crise humanitaire et le contexte dans lequel évoluent les civils aujourd’hui. À partir de ses archives photos, de 1980 à 2020, Première Urgence Internationale a réalisé une exposition qui retrace les quatre décennies de son intervention, principalement orientée vers la santé et l’accès aux soins.

Depuis l’envoi de premiers médecins français en 1980, Première Urgence Internationalequi existait d’abord dans le pays sous le nom d’Aide Médicale Internationale –, n’a cessé d’agir aux côtés des populations afghanes, pour répondre aux urgences et contribuer à l’amélioration du système de santé. Si au fil des années et des décennies, le champ d’action a continuellement évolué, les objectifs de cette intervention sont toujours restés les mêmes.

Remettre en lumière la crise afghane

Cette année, à l’occasion de cette date anniversaire, Première Urgence Internationale a décidé de remettre en lumière sa mission en Afghanistan et le contexte dans lequel elle évolue. En janvier 2020, pour la première fois, la mission a organisé un événement externe dans le pays.

L’exposition « 40 Years of Help » a été inaugurée dans les locaux de l’Institut français d’Afghanistan (IFA) jeudi 23 janvier. Elle retrace quatre décennies de cette mission humanitaire, principalement orientée vers la santé et l’accès aux soins. De 1980 à 2020, les grandes dates de la mission sont mises en lumière à travers une sélection de photos d’archives, qui montrent l’évolution de cette intervention mais aussi du pays en lui-même.

L’exposition montre également une série de photos récentes, prises par la photographe afghane Roya Heydari. En décembre 2019, Roya Heydari a passé deux semaines avec les équipes de Première Urgence Internationale, dans les provinces de l’est de l’Afghanistan, pour documenter toutes les activités menées sur place par les travailleurs humanitaires : des cliniques mobiles aux grands hôpitaux, en passant par les ambulances et les sessions de formations.

Remercier les équipes afghanes

Environ 80 personnes étaient présentes lors du vernissage. Le moment a aussi été l’occasion de remercier et mettre à l’honneur quelques-uns des employés afghans de l’ONG, engagés depuis vingt ans ou plus. « Nous remercions de nombreuses personnes et partenaires ; mais aujourd’hui, mes principaux remerciements vont aux équipes de la mission. Toutes les équipes : celles d’hier, celles d’aujourd’hui. À toutes les expériences passées, à la présence de nombreux anciens parmi nous ce soir. Nous sommes une grande et belle famille ! », a salué Olivier Routeau, Directeur des Opérations, lors du vernissage de l’exposition.

L’ambassadeur français David Martinon a, lui aussi, souhaité rendre hommage : « À mes compatriotes français engagés auprès des populations afghanes depuis tant d’années, et qui continuent aujourd’hui. Ces 40 ans d’expérience soulignent l’expérience et la confiance que vous avez établie, mission après mission. Il me semble aujourd’hui que ce lien de confiance ne fait que se renforcer, preuve de votre efficacité et de l’importance de votre action. »

Après avoir été accueillie dans les murs de l’IFA, l’exposition va maintenant tourner dans d’autres lieux et bâtiments de Kaboul, avant de rejoindre les autres bases de la mission de Première Urgence Internationale, à Jalalabad et Asadabad. Dans les prochains mois, ces contenus seront également présentés en France à destination du grand public… À suivre !

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don