Regain de violences au Soudan du Sud


Le 8 juillet dernier, des combats ont éclaté à Juba au Soudan du Sud. Un regain de violences meurtrières dans le pays qui a fait des centaines de morts et a entrainé un déplacement de population dans la capitale. Un cessez-le-feu a été décrété. L’appel est respecté mais l’accalmie reste fragile.

Les tensions étaient latentes et le conflit a ressurgi vendredi dernier violemment alors que le Soudan du Sud fêtait le cinquième anniversaire de son indépendance. Les affrontements ont fait des centaines de morts. Des combats menés à l’arme lourde ont éclaté dans la capitale entraînant la fuite de 36 000 personnes depuis vendredi, selon l’ONU. Lundi 11 juillet, un appel au cessez-le-feu a été lancé. Respecté jusqu’à maintenant par les deux parties, ce cessez-le-feu demeure précaire.

Appel à cesser les combats

Première Urgence Internationale fournit depuis février 2015 des soins de santé essentiels à 75000 personnes au nord-est du pays, à Majaak Kar, où de nombreux déplacés de la guerre civile avaient trouvé refuge pendant la guerre civile. Pour le moment, les activités dans ce centre sont maintenues et Première Urgence Internationale se tient prête à intervenir pour couvrir des besoins additionnels liés au regain de tensions en fonction de l’évolution de la situation.

L’ONG appelle les différentes parties à faire cesser les combats, à maintenir une paix durable et à respecter l’accès humanitaire aux populations vulnérables du pays.


Pour plus d’informations

Laetitia Chadenat, Chargée de communication
[email protected]/ +33 (0)1 55 66 99 66

Stanislas Morau, Responsable géographique Afrique
[email protected] / +33 (0)1 55 66 99 66


Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don