Visite officielle à Bardarash au Kurdistan Irakien


Le 20 juillet dernier, André Vallini, Secrétaire d’Etat chargé du développement et de la Francophonie, s’est rendu dans le camp de déplacés de Bardarash au Kurdistan Irakien pour visiter plusieurs projets humanitaires soutenus par la France. Il a également répondu à certaines interrogations d’ONG présentes en Irak, notamment Première Urgence Internationale, lors d’une d’une réunion plus informelle.

Symbole du soutien apporté par la France au camp de déplacés de Bardarash, le secrétaire d’Etat chargé du développement et de la Francophonie a visité les projets humanitaires de ce camp le mercredi 20 juillet dernier. Accompagné d’une délégation officielle, André Vallini a inauguré une école et prononcé un discours pour remercier l’ensemble des partenaires qui interviennent à Bardarash. Les équipes de Première Urgence Internationale ont eu l’opportunité de présenter au Secrétaire d’Etat les activités psychosociales mises en place auprès des bénéficiaires. La délégation a également visité le centre de santé géré par Première Urgence Internationale, qui a réalisé en juin dernier plus de 3 500 consultations. L’ONG gère également une grande partie des infrastructures d’eau, d’hygiène et d’assainissement du camp.

Le jeudi 21 juillet, une dizaine d’ONG françaises, dont Première Urgence Internationale, ont participé à une séance de questions-réponses avec le Secrétaire d’Etat. L’occasion pour elles d’aborder les questions des modalités de financement des projets humanitaires par la France ainsi que différentes problématiques que les ONG peuvent rencontrer en Irak comme les difficultés d’accès aux populations vulnérables.

 

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivitée accrue.
Faire un don