Première Urgence Internationale appuie le développement de jardins potagers


Pour remédier aux causes profondes de la malnutrition au Yémen, et fournir une réponse de long-terme à la crise humanitaire, Première Urgence Internationale mène un projet de nutrition dans les gouvernorats d’Hodeidah et de Raymah. L’objectif est d’aider les foyers ciblés à réaliser leur propre jardin potager, et à mieux conserver la nourriture pour les mois d’hiver.

 

Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Yémen

Le Yémen, l’un des pays les plus pauvres du monde, fait actuellement face à une grave crise humanitaire, provoquée par une guerre civile, et aggravée par les épidémies de choléra, de diphtérie, la pauvreté et la faim. L’un des objectifs de l’intervention de Première Urgence Internationale dans le pays est de contribuer à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations victimes de cette crise.

Avec le soutien de l’Ambassade de France, Première Urgence Internationale fournit, depuis quelques mois, une réponse d’urgence à 880 familles affectées par cette crise alimentaire, dans le gouvernorat de Raymah.

Remédier aux causes profondes de la malnutrition

Les équipes de Première Urgence Internationale ont rendu visite à une famille dans le village d’Al-Jareb, faisant suite à l’enregistrement de l’un des enfants du foyer, Rayan. Identifié comme gravement sous-alimenté dans le centre de santé d’Al-Jomam. Rayan, comme de nombreux autres bénéficiaires du programme, avait été soigné par les équipes de l’ONG. Généralement les causes profondes de la malnutrition sont le manque d’accès à une nourriture suffisante, à de l’eau potable, et une détection médicale peu rapide. Si ces causes ne sont pas traitées, la malnutrition persiste.

À Al-Jareb, pour cette famille avec onze enfants, la vie quotidienne est devenue difficile lorsque le père est tombé malade. La famille n’avait alors plus de source de revenus. Ainsi, plus les moyens d’acheter de la nourriture au marché. Par ailleurs, le plus proche se situe à 4 heures de marche de leur maison. La production de légumes n’est pas une pratique courante dans les zones rurales du Yémen. la famille n’avait jusqu’ici pas de jardin potager. Seul un arbre à khat, plante traditionnelle yéménite – qui consommait une grande partie de leurs ressources en eau. Lors de leur visite à cette famille, les équipes de Première Urgence Internationale ont remarqué que les parents avaient des connaissances limitées sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Ils ne savaient pas utiliser les ressources disponibles, comme la terre et l’eau de pluie, pour garantir de la nourriture à leurs enfants.

Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Première Urgence Internationale met donc en place plusieurs activités pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations :

  • Fournir des paniers alimentaires (6 cycles) aux familles en situation de grave pénurie alimentaire, dans le cadre d’une réponse d’urgence ;
  • Aider les foyers ciblés à créer et entretenir leur propre jardin potager. Tout en apprenant à utiliser les ressources naturelles disponibles et en fournissant des formations à l’agriculture ;
  • Accompagner les familles par des formations sur la diversité nutritionnelle, la transformation de la nourriture. Ainsi que les techniques de cuisson, et les bonnes pratiques alimentaires.

Renforcer les capacités des familles

La famille de Rayan, à Al-Jareb, a très vite intégré les foyers ciblés dans ce projet. En plus de recevoir des paniers alimentaires mensuels. La mère, Fatima, a participé aux formations à l’agriculture, afin de pouvoir créer et cultiver un jardin potager. Au bout de quelques mois, cette mère de onze enfants a été en mesure de nourrir sa famille. Elle a ainsi proposé des repas nutritifs et équilibrés, grâce aux légumes produits dans le jardin. Fatima a aussi décidé de cesser d’irriguer l’arbre à khat. Celui-ci ne présentait aucun intérêt nutritionnel, et de consacrer ses efforts au potager.

Elle témoigne : “Je me sens en sécurité quand je me lève le matin pour récolter nos légumes du jardin, que je peux ensuite cuisine pour préparer des repas nutritifs à mes enfants. J’applique les conseils qui m’ont été données pendant les formations sur la diversité alimentaire. Je constate que mes enfants grandissent en meilleure santé.” Grâce aux leçons apprises sur la conservation et la transformation des aliments, Fatima est désormais en mesure de préparer ses propres conserves de légumes. “Cela va m’aider pour nourrir mes enfants avec des légumes frais, en toutes saisons.”

Amener à une prise de conscience

Le succès de ces formations a aussi incité d’autres familles à cultiver leur jardin potager. Même celles non-ciblées dans le projet. “Nous nous entraidons, pour que chacun réussisse son potager”, développe Fatima.

Ce projet de nutrition et formation, mené par Première Urgence Internationale, fait partie d’un programme plus large. L’objectif est de réduire la malnutrition parmi les populations les plus vulnérables. Ainsi les femmes et les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement touchés. L’intervention de Première Urgence Internationale dans les régions d’Hodeidah, Taiz et Raymah contribue au développement sain des enfants sous-alimentés. Améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle renforce la résilience et les moyens de subsistance des familles affectées par la crise yéménite.

 

Ces activités ont été mises en œuvre grâce au soutien du Comité Interministériel d’Aide Alimentaire (CIAA) de l’Ambassade de France.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don