L’intégration des réfugiés par la langue


La situation des migrants en France et des réfugiés en Europe

Le nombre de migrants en Europe est en augmentation depuis ces dernières années. Ainsi, en 2015, 1.2 million de réfugiés et de migrants ont tenté leur chance par-delà les mers pour venir en Europe (2). De plus, les migrants en France sont estimés à près de 360 000 en 2017 (3). L’intégration des migrants est donc une problématique et un enjeu importants.

L’immigration et la culture sont au cœur de l’action de Première Urgence Internationale. En effet, la principale difficulté d’intégration pour les migrants est due à la barrière de la langue. C’est pourquoi la mission France a mis en place des ateliers sociolinguistiques qui permettent aux participants de suivre des cours de français.

Mieux s’intégrer en France

Le but ? En améliorant leur français, les migrants en France qui participent à ces sessions sont plus à même de trouver du travail et de mieux s’intégrer dans la vie française par la suite. L’objectif est aussi de leur donner confiance en eux et de les accompagner pour qu’ils ne soient pas isolés.
Ces activités sont souvent complétées par des visites de lieux culturelles dont la ville de Paris regorge si bien.

Première Urgence Internationale a donné la parole à ces migrants en France. Lors d’une visite au musée du Quai Branly, des réfugiés nous ont raconté leur expérience, leurs rêves, leurs aspirations et l’aide à laquelle ils ont eu accès grâce à Première Urgence Internationale.

Témoignages

« Grâce à Première Urgence Internationale, j’ai pu trouver les cours de français que je cherchais. Je rêve depuis longtemps d’apprendre à bien me débrouiller dans cette langue et à parler un français sans faute. Je suis contente de pouvoir apprendre à lire, écrire et bien m’exprimer. »

– Ya Jai (Gambie)

 

 

 

« Grâce à Première Urgence Internationale, je peux suivre des cours en français. En cours, on regarde souvent des images que l’on commente. Parfois, on va au musée également. C’est important pour apprendre à mieux s’exprimer en français. »

Sharminy (Sri Lanka)

 

 

 

migrants en France« Première Urgence Internationale m’a permis d’apprendre à écrire, parler et écouter en français. J’aimerais un jour trouver du travail en France et j’espère arriver à bien maîtriser le français d’ici là »

Indra (Sri Lanka)

 

 

 

 

migrants en France« Par Première Urgence Internationale, j’ai pu apprendre le français mais aussi en apprendre plus sur la culture française et me faire des amis. Ce n’est pas facile à faire quand on est seul et qu’on arrive ici. Plus tard, je rêve de pouvoir travailler en France mais pour ça, il faut d’abord que j’améliore mon français »

Walter (Pérou)

 

 

 

« Moi, je veux travailler. J’étais à la recherche d’une formation en électricité et je suis content parce que Première Urgence Internationale m’a aidé à en trouver une et à m’y inscrire. »

Fashad (réfugié Afghan)

 

 

 

 

migrants en France« A plus de 60 ans, je pratique du sport une heure par jour tous les jours, je ne fume pas, je joue aux échecs souvent mais surtout, je suis illettré. Première Urgence Internationale m’a aidé à m’inscrire dans des cours de français en groupe. Je suis content, je veux apprendre ! »

Mustafa (réfugié syrien)

 

 

 

migrants en France« Quand vous nous regardez, vous nous aidez. »

Anna (Russie)

 

 

 

 

 

 

migrants en France« Première Urgence Internationale m’a permis de rencontrer Christina, ma professeur de français avec qui j’apprends à comprendre les codes de la culture française. »

Islem (Bangladesh)

 

 

 

 

Mieux connaître la Mission France

(1) Les musées ont un rôle un jouer dans l’intégration des migrants en France. En apprendre plus.

(2) Chiffres de l’UNHCR 

(3) Chiffres de Eurostat

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don