Femmes : l’autonomie en ligne de mire


A l’occasion de la journée internationale des femmes 2018, nous vous présentons quelques témoignages de bénéficiaires de nos projets.

Binetou Dia, 29 ans est chargée de projets à la Maison médicale de Wassadou, (Sénégal)

Des compétences à hauteur de ma formation 

J’ai été recrutée à la Maison Médicale de Wassadou en Janvier 2018 dans le cadre de l’autonomisation de la Maison médicale, je suis aussi chargée de la mise à jour des outils de suivi médicaux. Ces activités liées à mon travail me permettent  d’acquérir des compétences  dans la gestion de projet dont j’ai suivi la formation et d’acquérir plus d’expérience dans ce domaine. Aussi, voir l’action de cette structure auprès de la population me motive à me surpasser pour  qu’elle soit durable.

 

Femmes Don

Ghadir Hassan Mustafa Hawari développe un commerce de Pâtisseries orientales

Autonomie financière et morale : mon rêve réalisé 

Avant le projet, j’étais prise en charge par ma famille. L’autonomie financière et morale était un rêve pour moi parce que le coût du projet était élevé et je ne pouvais pas l’assurer, mais ce rêve a été réalisé grâce à cette subvention. Maintenant j’ai mon propre travail, ma mère travaille avec moi aussi. Je fais la commercialisation de mes produits sur le marché local et ce projet  a assuré mes besoins de base tel le transport à l’université et un revenu pour soutenir ma famille composée de deux filles.

Soucouta Diebakhate, 55 ans, lingère à Wassadou

Ma deuxième maison

J’ai intégré la Maison Médicale de Wassadou en 2005. À la base, je travaillais comme cuisinière et je préparais le repas des patients du personnel et des missionnaires. Après quelques années, j’ai commencé à m’occuper du linge  de la structure. Chaque matin, je quitte mon village Bady, qui est à 30 mn de marche, pour venir travailler. Cela me permet de subvenir à mes besoins et de prendre soin de ma famille. La Maison médicale est ma deuxième maison car je suis consciente de son importance et du soutien qu’elle nous apporte au quotidien.

 

Femmes Don

Rodayana Ahmed Sobhi Eshtiwi gère des sessions d’entraînement dans un club sportif.

La routine m’ennuyait beaucoup

J’ai démarré le projet et en suis heureuse. J’espère le développer pour accueillir plus de sessions. Le sentiment le plus fort que je ressens est que j’ai commencé à compter sur moi-même et m’appuyer sur un travail à revenu. La formation m’a sorti de la routine qui m’ennuyait beaucoup et a contribué à renforcer ma confiance en moi-même et ma capacité à la production.

 

Hamame est sage-femme au sein des cliniques mobiles au Yémen

Sans elle beaucoup de femmes yéménites ne seraient pas autorisées à se rendre dans nos cliniques mobiles pour être vaccinées.

 

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don