Lancement d’un projet d’assistance en soins de santé primaire au Niger


« Ceci est la première étape d’un chemin que nous mènerons ensemble pour renforcer l’accès des populations de Tillabéri en général, et des personnes les plus vulnérables en particulier aux services sociaux de base ». Ces mots, prononcés par Soumaila Marsanda, Préfet du département de Ouallam, ont ouvert l’atelier de lancement du nouveau projet de Première Urgence Internationale au Niger.  Cet atelier s’est tenu le 12 septembre 2019, à Ouallam dans la région de Tillabery.

assistance en soins de santé primaire au Niger

Financé par la DG ECHO(1), ce projet intitulé « Projet d’assistance en soins de santé primaire pour les personnes affectées par l’insécurité et l’état d’urgence dans la région de Tillabéri », a pour objectif de renforcer l’accès des populations affectées par la crise à de soins de santé primaire de qualité.

Un travail collaboratif avec les représentants locaux

Étape clé pour sceller la collaboration entre Première Urgence Internationale et ses partenaires étatiques. Cet atelier rassemblait dans les locaux du District Sanitaire de Ouallam plusieurs représentants. Étaient présents, le Préfet de Ouallam, le Chef de canton de Tondikwindi, le maire de Tondikwindi, les Chefs des six centres de santé et des six comités de gestion appuyés par ce projet. Ainsi que des représentants des autorités départementales du secteur de la Santé, de l’Action Sociale, de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire.

Dans un premier temps, cet atelier a été l’occasion pour Première Urgence Internationale et ses partenaires de dresser un premier bilan des activités passées de L’ONG dans la zone. Puis, il a permis d’identifier des recommandations communes pour assurer la bonne mise en œuvre du nouveau projet.
Première Urgence Internationale et ses partenaires ont également pu échanger sur le contexte sécuritaire, les sites d’intervention, les activités et les objectifs du nouveau projet.

Un Projet d’assistance en soins de santé primaire

L’objectif est de développer une réponse à la détérioration de la situation sécuritaire observée ces derniers mois dans la zone frontalière entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Cette situation a fortement restreint l’accès des populations civiles aux services sociaux de base. En effet, dans la région de Tillabéri, et particulièrement dans les aires de santé les plus au nord du District de Ouallam, les centres de santé ne sont plus en mesure d’assurer avec efficacité, à cause de moyens limités, la mise en œuvre des stratégies avancées(2) (prestations de soins dans un rayon de 5 à 15km du centre de santé) et des stratégies mobiles(3) (prestations de soins pour les zones situées au-delà de 15km du centre de santé) prévues par le plan de développement sanitaire. Cela impacte gravement l’accès aux soins des populations vivant à plus de 5 km des centres de santé.

D’ailleurs, le ralentissement des activités socio-économiques dans la zone, mais aussi les restrictions de circulation en deux roues, ont négativement impacté la capacité financière des centres de santé. Ainsi, acheter et acheminer les médicaments nécessaires à la prise en charge des patients est devenu un défi difficilement surmontable. Cela affecte et affectant en particulier les populations des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans. ainsi Le fonctionnement du système d’évacuation médicale, maillon pourtant essentiel de la lutte contre la mortalité maternelle et périnatale, est aussi fortement impacté.

Renforcer l’accès des soins de santé

À travers le déploiement d’une clinique mobile, des appuis seront mis en place :

  • Au système de référence/évacuation ;
  • Au matériel, technique et financier aux centres de santé ;
  • Aux comités de gestion et aux acteurs de santé communautaire ;

Ainsi, Première Urgence Internationale vise à renforcer l’accès des populations à des soins de santé essentiels de qualité. De plus, elle vise à améliorer les capacités locales de réponses aux urgences.
Par ailleurs, ce projet sera déployé dans six aires de santé du District de Ouallam dans la région du Tillabéri durant 12 mois.

Ce projet s’inscrit dans la continuité des activités de Première Urgence Internationale au Niger. L’ONG intervient dans le pays depuis le début de l’année 2019.

(1) Ce programme est financé la DG ECHO (Direction générale pour la protection civile et les opérations d’aide humanitaire européennes de la Commission européenne).

(2) Stratégie avancée : prestation des soins selon les mêmes procédures mais dans un rayon de 6 à 15Km du centre de santé intégré (CSI). L’accessibilité au CSI est moyenne pour ses populations.

(3) Stratégie mobile : prestations des certains soins par les agents CSI appuyer par le district sanitaire ou un partenaire comme PUI pour les zone situées au-delà de 15Km, l’accessibilité au CSI étant très difficile. Elle concerne plus les activités tels que la vaccination, la consultation pré natale, la chirurgie foraine, la distribution de certains micronutriments (vitamine A, fer) et les soins curatifs.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don