Fareshta, médecin à Herat en Afghanistan


Fareshta est une femme médecin au sein de la clinique mobile déployée par Première Urgence Internationale dans la ville d’Herat, à l’ouest de l’Afghanistan. Elle travaille au plus près des populations vulnérables, de personnes qui ont bien souvent tout perdu.

médecin en Afghanistan

Vous êtes médecin en Afghanistan. Pouvez-vous décrire la situation à Herat en Afghanistan en ce moment ?

Herat ressemble à toutes les villes d’Afghanistan. Des personnes issues de différentes ethnies et de différentes conditions sociales vivent ici. Les personnes installées en ville ont une situation économique plus confortable que celles qui résident dans les zones rurales. La sécurité est elle aussi beaucoup plus tendue dans les campagnes. Cependant nous constatons également des incidents dans les camps de déplacés qui se sont créés en ville. Ces personnes ont fui les provinces voisines de Ghor, Badghis et Farah à cause de la sécheresse qui sévit dans ces zones ainsi que des problèmes sécuritaires. Il y a au total 80 000 personnes déplacées installés à Herat.

Dans quelles zones d’Herat intervenons-nous avec la clinique mobile ?

Nous organisons des comités qui nous permettent de sélectionner les endroits d’intervention de la clinique mobile. La clinique est composée de personnel médical – médecin, infirmière, conseillère en nutrition et assistants -,  et nous nous déplaçons en fonction des besoins sur le terrain, en coordination avec les autres acteurs locaux.

médecin en Afghanistan

Quelle est une journée type pour vous ?

Je suis médecin en Afghanistan et je travaille directement avec les patients et les communautés de déplacés, principalement les personnes qui sont le plus dans le besoin. Chaque matin, nous nous installons dans une zone. Une fois arrivés, nous déployons l’équipement et nous débutons nos consultations. Nous sommes accompagnés d’un animateur social qui entre en contact avec les patients, organise les consultations. Il conduit également des sessions d’éducation à la santé. Nous travaillons jusqu’à 15h, puis je rentre chez moi pour passer du temps avec mes deux enfants.

Quel regard portez-vous sur votre travail au sein d’une clinique mobile de Première Urgence Internationale ?

Pour moi, en tant que médecin en Afghanistan, l’important est de travailler auprès des personnes les plus vulnérables et de traiter leurs maladies. Elles ne sont pas privilégiées et bien souvent, elles ont tout perdu. Quand vous leur offrez des soins médicaux et que vous voyez leur santé qui s’améliore, vous vous dites que c’est un progrès, et c’est déjà un petit pas pour les aider.

Un projet mis en place avec le soutien financier du service de la Commission européenne à la protection civile et opérations d’aide humanitaire (ECHO)

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don