Exposition Nigeria : L’espoir dans les yeux de survivants


Première Urgence Internationale consacre une exposition photos aux victimes du conflit dans le nord-est du Nigeria. Pour échapper à la violence des groupes armés, des centaines de milliers de civils nigérians ont été contraints de se réfugier à Maiduguri, plus grand camp informel de déplacés au monde.

Pour la première fois au Nigeria, Première Urgence Internationale organise une exposition photos. L’objectif est de raconter l’histoire des civils déplacés et réfugiés dans un quartier de Maiduguri, Bolori II, devenu un symbole du conflit. « Through the eyes of Maiduguri » (« À travers les yeux de Maiduguri »), exposition de 19 photos, a été inaugurée le 21 janvier à l’Institut français du Nigeria, à Abuja.

Maiduguri, capitale de l’État de Borno (nord-est du Nigeria), accueille plusieurs centaines de milliers de déplacés. Chaque jour, des personnes qui ont tout laissé derrière elles continuent de venir s’y mettre à l’abri. Ils fuient les combats et les exactions des groupes armés qui sévissent dans la région. Le quartier de Bolori II, point de départ de la contestation, est aujourd’hui une zone refuge pour les personnes fuyant les combats et les violences. Dans un quartier où la pression sur les ressources était déjà forte, la situation humanitaire est préoccupante.

Première Urgence Internationale, présente sur le terrain depuis 2016, intervient à Bolori II via des programmes de santé, nutrition, et protection. Ces hommes, femmes et enfants marqués par un passé difficile partagent, depuis trois ans, leurs histoires avec les équipes de Première Urgence Internationale. Des témoignages forts, que l’ONG a décidé de montrer en images, à travers cette exposition. « Through the eyes of Maiduguri » restera visible à Abuja pendant deux semaines, jusqu’au 3 février 2019.

Rendre hommage aux personnes marginalisées

C’est le travail conjoint d’Ilan Deutsch, photographe français, et de Clarence Ugdebe (Gottay Photography), photographe nigérian, qui permet de montrer les visages et les histoires de ces populations vulnérables. « À travers cette exposition, Première Urgence Internationale veut mettre en lumière l’importance de ne pas oublier les personnes qui sont déjà marginalisées », a souligné Rizwan ul Haq, chef de mission de l’ONG au Nigeria.

« Photographier les personnes n’était pas toujours facile. Ils avaient peur, raconte Clarence Ugdebe (Gottay Photography). Mais quand ils comprenaient que je venais avec Première Urgence Internationale, immédiatement, ils s’ouvraient. »

« J’ai vu comment Première Urgence Internationale a amené de la lumière. C’est de l’espoir ! » continue-t-il. « À travers mes photographies, j’ai essayé de trouver et représenter cet espoir dans les yeux des personnes. »

L’inauguration de l’exposition, le 22 janvier 2019, a permis de rappeler les besoins urgents et nombreux des populations déplacées. Cela permet aussi de rappeler l’importance de l’aide humanitaire fournie par les ONG sur place. « La communauté internationale doit faire plus », a appelé Syed Muhammad Ali SHAH, chef de mission du Secours islamique France. « Il est important que les ONG et les bailleurs ne quittent pas cette zone. Les besoins sont toujours existants à Maiduguri », a alerté Rizwan ul Haq, chef de mission de Première Urgence Internationale.

 

*Le projet a été financé par USAID/FFP

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don