Yémen : « Les activités de nutrition ont répondu à un besoin urgent de mes deux filles jumelles et m’ont facilité la vie »


Au Yémen, on estime que 66 % de la population a besoin d’une aide humanitaire en 2021, selon l’analyse de l’aperçu des besoins humanitaires (HNO). Plus de 2,25 millions d’enfants âgés de 0 à 59 mois et plus d’un million de femmes enceintes et allaitantes souffriraient de malnutrition aiguë en 2021 (HNO, 2021).

Mokhtar dans le district d’Al Mansuriyah | © Première Urgence Internationale

Première Urgence Internationale soutient l’accès aux services de santé et de nutrition pour de nombreuses familles dans le nord et le sud du Yémen depuis 2007.

Au Yémen, les principales activités de Première Urgence Internationale se concentrent dans les Centres de Santé (CS) où sont dispensés des services de soins de santé primaires, de santé reproductive, de nutrition et de sécurité alimentaire. Actuellement, Première Urgence Internationale travaille dans 17 centres de santé, dont deux centres de stabilisation pour la gestion de la malnutrition aiguë.

Dans le gouvernorat de Hodeidah, situé dans les zones contrôlées par les Autorités De Fait (ADF), le centre de santé d’Al Mansuriyah est soutenu par Première Urgence Internationale, grâce au financement du Bureau d’aide humanitaire (BHA) depuis septembre 2019, et touche environ 10 800 personnes vivant dans les environs. En plus des services de santé gratuits, Première Urgence Internationale fournit des soins nutritionnels axés sur les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes et allaitantes.

Les filles jumelles de Mokhtar se sont rétablies grâce aux soins de l’équipe médicale, nous dit-il :

Mokhtar a 35 ans et vit dans un village, près d’Al Mansuriyah. Il est père de cinq enfants et travaille comme ouvrier occasionnel avec un faible revenu. Alors qu’il avait déjà du mal à couvrir les besoins nutritionnels de base de sa famille, la situation a empiré.
Sa femme est morte subitement alors qu’elle allaitait encore leurs deux jumelles Hadeel et Ghadeer. Pour Mokhtar : « Il était très difficile d’acheter du lait infantile pour elles ». Il ajoute : « La santé de mes jumelles s’est rapidement détériorée et elles sont devenues faibles ».

À ce moment-là, des proches ont conseillé à Mokhtar de se rendre au centre de santé d’Al Mansuriyah où des services médicaux et nutritionnels étaient disponibles : « J’ai immédiatement emmené mes filles au centre de santé où le médecin les a examinées et les a envoyées directement au centre de stabilisation d’Al Mansuriyah ». Elles sont restées au centre de stabilisation jusqu’à ce que leur état de santé s’améliore ; elles ont ensuite été renvoyées au centre de santé soutenu par Première Urgence Internationale où elles ont pu recevoir des soins dans le cadre du Programme d’Alimentation Complémentaire Ciblée (PACC). Pendant 18 semaines, elles ont reçu des produits nutritionnels et les médicaments nécessaires à l’amélioration de leur état nutritionnel, ainsi qu’un suivi médical assuré par le personnel du centre de santé. Après avoir pris deux kilos et s’être stabilisées à un poids normal, elles ont été considérées comme guéries.

Les équipes de Première Urgence Internationale interviennent sur la malnutrition aiguë au Yémen
Mokhtar dans le district d’Al Mansuriyah | © Première Urgence Internationale

Plus tard, Mokhtar nous a raconté : « Au centre de santé, mes filles jumelles ont reçu du Plumpy Nut avec quelques médicaments et leur état nutritionnel s’est amélioré. Elles se sont rétablies très rapidement. Vraiment, je suis heureux et je suis reconnaissant à tout le personnel du centre de santé et je les remercie pour leur coopération ».

Découvrez aussi l’histoire de Sabah, volontaire en santé communautaire au Yémen.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don