Urgence Indonésie : 200 000 personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence


200 000 personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence

En Indonésie, le nord de l’île des Célèbes a été frappé par un violent séisme de magnitude 7.5 sur l’échelle de Richter, suivi d’un tsunami qui a tout dévasté sur son passage dans la ville de Palu et la province de Donggala.

Suite à cette catastrophe, le bilan ne cesse de s’alourdir. Il s’établit à 1234 morts à l’heure actuelle, mais de nombreuses personnes restent encore sous les décombres.
D’importants dégâts matériels sont également constatés : des milliers de familles ont tout perdu et se retrouvent à la rue.

Donggala est quasiment coupée du monde : les accès à cette région dont la population s’élève à 1,2 million d’habitants, et qui est très proche de l’épicentre du séisme, demeurent bloqués.

Au total, les Nations Unies estiment que 200 000 personnes, dont 46 000 enfants et 14 000 personnes âgées, ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Le gouvernement indonésien ne peut faire face à tous les besoins, et les familles situées dans les zones les plus reculées ne bénéficient aujourd’hui d’aucune aide.

Les acteurs de l’aide humanitaire doivent se réunir et coordonner leurs efforts pour répondre à ces besoins.

Première Urgence Internationale a envoyé ses équipes pour évaluer la pertinence d’intervenir et définir rapidement une réponse adaptée.
 

Nous avons besoin de votre aide pour soutenir les familles sinistrées !

Femmes Don

 

Contact presse :
Jérôme POIRIÉ : +33783425719 / [email protected]

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don