Ukraine : l’impact du conflit sur la santé mentale


Le conflit qui a débuté le 24 février dernier sur le sol ukrainien a exacerbé les vulnérabilités de populations déjà affaiblies psychologiquement par les huit ans de conflit dans la région du Donbass. En quelques semaines, la santé mentale n’a fait qu’empirer, nécessitant un besoin urgent de prise en charge et de suivi.

impact du conflit en ukraine sur la santé mentale

Visite médicale à Krasnohorivka dans l’oblast de Donetsk en Ukraine, © Sadak Souici I Première Urgence Internationale

UNE ACTION EN SANTÉ MENTALE DEPUIS 2015

Cela fait maintenant sept ans que Première Urgence Internationale est présente en Ukraine, initialement pour soutenir les populations les plus affectées par la guerre dans le Donbass. La détresse de la population causée par le conflit et exacerbée par la pandémie de COVID-19 ces deux dernières années n’a fait qu’aggraver le manque d’accès aux services de santé mentale et de soutien psychosocial, malgré une forte demande. Les personnes qui bénéficiaient d’une prise en charge psychologique avant l’attaque russe du mois de février dernier ont vu leur accès à des soins de qualité s’amenuiser, voire être complètement interrompu. Dans un tel contexte d’insécurité les personnes vulnérables sont davantage exposées au risque de développer des troubles de santé mentale.

Présente initialement dans la région de Donetsk, le long de la ligne de contact séparant les zones non contrôlées par le gouvernement ukrainien de celles qui le sont encore, Première Urgence Internationale doit aujourd’hui étendre son champ d’opération face à l’intensification soudaine et massive du conflit. Notre approche globale dans le pays met un fort accent sur plusieurs secteurs dont la santé, l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans les infrastructures de santé ainsi qu’à des services de santé mentale.

La disponibilité et l’accès aux services de santé mentale et de soutien psychosocial sont indispensables. C’est ce que confirme la psychologue ukrainienne Natalia Kotsar, qui fait partie de l’équipe de Première Urgence Internationale dans la région de Donetsk :

« Il est important d’aider les survivants à s’exprimer, à réagir aux émotions intenses, à se soutenir, à comprendre la nouvelle réalité et à trouver les ressources et la force nécessaires pour prendre des décisions ».

DES PSYCHOLOGUES EN ACTION SUR LE TERRAIN

Aujourd’hui, cinq psychologues de Première Urgence Internationale interviennent à leur niveau, via un soutien téléphonique à distance de leurs anciens patients. Certains réussissent à organiser quelques activités avec les enfants et leurs parents dans les refuges et abris anti-bombes.

Natalia Kotsar témoigne des actions qu’entreprennent les psychologues sur le terrain, notamment dans la ville de Kostiantynivka dans la région de Donetsk à l’est du pays :

« Nous contactons les autorités locales, les services sociaux et les bénévoles, clarifions les besoins, apportons un soutien aux déplacés et à la population de la ville, travaillons avec les adultes (personnel des institutions publiques, réfugiés, enseignants, personnel médical), animons des groupes de soutien où chacun peut parler sans jugement, travaillons avec les enfants en utilisant des méthodes d’art-thérapie, sous forme de jeu ».

Andrei, un autre psychologue travaillant actuellement dans l’est de l’Ukraine dans la ville de Bakhmut, nous décrit ses activités depuis le début du conflit :

« Des séances récréatives sont organisées à Bakhmut pour soutenir les enfants et leurs parents, pour créer un petit îlot de sécurité et de fête. Nous organisons des séances avec de la pâte à modeler et offrons des rafraîchissements et des friandises. Les enfants ont commencé à s’ouvrir et à montrer leurs capacités, ils sont devenus plus libres, il est plus facile d’interagir, bien que la composition du groupe change tout le temps. L’essentiel était le soutien émotionnel. Les parents ont reçu des conseils non seulement sur la façon d’interagir pendant une crise, mais aussi sur la façon de comprendre correctement le monde de l’enfant sur le plan psychologique, moins de critiques et d’agressions, et plus d’amour, d’attention, de soutien et d’interaction ».

UNE VULNÉRABILITÉ ACCRUE PAR LE CONFLIT

Depuis l’offensive militaire russe, le nombre de personnes nécessitant un soutien psychologique a drastiquement augmenté. Ce sont particulièrement les femmes, les personnes âgées, les personnes sans-abri, les personnes en situation de handicap et les professionnels de la santé qui ont besoin de services de santé mentale, d’après un rapport des Nations unies[1]. En effet, les travailleurs de la santé sont confrontés à un contexte sanitaire spécifique et à un environnement de travail souvent difficile, dû à la peur de la transmission du COVID-19 à des parents ou à des amis, au manque d’équipement de protection ou encore au fait d’assister à des décès en grand nombre depuis le début de la guerre, notamment dans la région de Donetsk, au cœur du Donbass.

Les actions de Première Urgence Internationale consistent spécifiquement en un soutien technique et en sensibilisation sur les sujets de santé mentale auprès du personnel des établissements de santé afin de prévenir des risques psycho-sociaux chez eux via une formation de base en gestion du stress et en soutien psychosocial. Les équipes d’établissements de santé et d’institutions sociales cibles dans les zones gouvernementales de l’est de l’Ukraine sont également renforcées dans leurs capacités à fournir un soutien émotionnel et psychosocial des patients et des résidents.

Cependant, au regard de l’amplification des combats dans cette région, les interventions sont de plus en plus compliquées à mettre en place, les systèmes de communication (téléphone et internet) sont instables et de plus en plus de personnes évacuent la région. Première Urgence Internationale adapte ses activités au jour le jour pour répondre aux besoins d’un maximum de personnes vulnérables.

[1] 2022 Humanitarian Needs And Response Overview: Ukraine | United Nations in Ukraine

Vous pouvez soutenir nos actions auprès de la population ukrainienne en faisant un don.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don