Syrie : 6 ans après le début de la crise, la situation reste préoccupante


 

première urgence internationale logo web

Communiqué de presse

Syrie : 6 ans après le début de la crise, la situation reste préoccupante, accentuée par les sanctions internationales

 

Paris, le 10 mars 2017 – Six ans après le début de la crise en Syrie, les besoins de la population restent considérables. Les équipes de Première Urgence Internationale alertent sur l’impact combiné des hostilités et des sanctions internationales et restent mobilisées aux côtés de la population.

Un conflit ancré dans la durée

Initiée en mars 2011, la crise qui frappe depuis près de 6 ans la Syrie a des conséquences dramatiques pour l’ensemble de la population Syrienne, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Dans ce contexte complexe, impliquant de plus en plus d’acteurs et d’enjeux externes, les sanctions internationales  ne font qu’aggraver l’impact négatif de la crise sur la population de ce pays qui n’aspire qu’à la paix. Les effets collatéraux des sanctions sont nombreux et affectent lourdement la société syrienne à moyen / long terme avec des effets difficilement réversibles. Ainsi, face à une situation inextricable, les besoins vont perdurer nécessitant une aide humanitaire et des financements de grande ampleur dans les prochaines années.

Des besoins et défis nombreux

Qu’elles vivent dans un pays en crise (Irak, Syrie) ou qu’elles la subissent en tant que réfugiés dans un pays hôte (Liban, Jordanie, Turquie), les populations affectées ont un important besoin d’aide. Comme le souligne Stéphane Biron, responsable géographique du pôle Crise Syrienne de Première Urgence Internationale, « le fait de se déplacer est créateur de besoins car cela entraine une perte de revenus, de logement, d’accès à la solidarité communautaire et entraine la déscolarisation des enfants ». Pour tous, l’urgence première est de subvenir à leurs besoins immédiats (se nourrir, se laver, se loger…). Les populations réfugiées dans les pays voisins sont par ailleurs soumises à « une crise majeure de protection » affirme Stéphane Biron, avec des problématiques juridiques nombreuses limitant le plus souvent l’accès de ces populations aux services de base.

En s’inscrivant dans la durée, cette crise implique une prise en charge des besoins de base à plus long terme et parallèlement au mouvement des lignes de fronts, nécessite également de répondre aux besoins liés au retour des populations. En effet, la normalisation de certaines zones entraine un retour des réfugiés ou déplacés chez eux. Dans ce contexte, la population a besoin d’être accompagnée pour assurer son relèvement (réhabilitation, génération de revenus…). Bien que le retour des populations dans des zones sécurisées demeure limité c’est l’un des principaux défis à relever.

Les équipes de Première Urgence Internationale mobilisées sur le terrain

Première Urgence Internationale a été l’une des premières ONG enregistrée en Syrie en 2008 afin de venir en aide aux réfugiés Iraquiens. Avec l’apparition de la crise interne au pays en 2011, les activités de l’organisation ont été réorientées pour venir en aide à la population syrienne. Aujourd’hui, face à cette situation complexe et aux besoins considérables, les équipes de Première Urgence Internationale adoptent une stratégie de double continuum. Le premier est d’apporter une réponse d’urgence et au-delà de l’urgence visant à assurer au plus vite un retour à l’autonomie des populations vulnérables. Le second est un continuum d’activités, en apportant une réponse intégrée et complémentaire dans les différents secteurs (eau et assainissement, réhabilitation, éducation, emploi, santé…) pour répondre à l’ensemble des besoins de la population. Ainsi, les membres de Première Urgence Internationale s’investissent au quotidien pour venir en aide aux populations affectées par la crise du Nord au Sud du Pays, d’Alep à Dera, de Lataquie à Damas. Enfin, nos équipes sont également présentes en Irak, au Liban ou en Jordanie pour venir en aide aux réfugiés liés à cette crise majeure.

A propos de Première Urgence Internationale

Première Urgence Internationale est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale, à but non lucratif, apolitique et laïque, dont la vocation est de défendre les droits fondamentaux de la personne, tels que définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Notre objectif : permettre aux populations de recouvrer durablement autonomie et dignité.

Nos équipes se mobilisent au quotidien pour couvrir les besoins fondamentaux des victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues par les effets de catastrophes naturelles, de guerres et de situations d’effondrement économique. Ainsi, nous intervenons dans des domaines complémentaires tels que la santé, la sécurité alimentaire, la nutrition, la réhabilitation et la construction d’infrastructures, l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la relance économique, l’éducation et la protection. Première Urgence Internationale porte assistance à plus de 6 millions de personnes  à travers 21 pays situés en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Europe.

Plus d’informations sur : www.premiere-urgence.org

 

Contact presse

Sophie Odeh – sodeh@premiere-urgence.org – 01 55 66 99 66 / 07 83 42 57 19

 

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivitée accrue.
Faire un don