Roula Michati, réfugiée syrienne, raconte son parcours comme psychiatre de terrain


Roula Michati, neuropsychiatre syrienne, est spécialiste de la santé mentale et des violences basées sur le genre. Professionnelle de terrain, elle a œuvré auprès de populations syriennes déplacées en grande souffrance mentale, en Syrie, au Liban, en Grèce et en France. Cette semaine, elle est intervenue dans les locaux de Première Urgence Internationale pour partager son témoignage.

Intervention Roula Michati

« J’ai travaillé avec des réfugiés, dans les camps, comme psychiatre de terrain. C’était très utile, les personnes à qui je parlais se sentaient en sécurité. Parce qu’elles parlaient à quelqu’un de leur propre culture, de leur propre pays », a témoigné Roula Michati, en marge de son intervention dans les locaux de Première Urgence Internationale.

« Moi aussi j’ai vécu la guerre pendant un an et demi,
je sais exactement ce qu’ils peuvent ressentir »

Lundi 14 octobre, elle est intervenue au siège de l’ONG, à Asnières-sur-Seine. Elle a apporté son éclairage sur l’expertise de la santé mentale et des violences basées sur le genre. Insistant sur l’importance de prendre en compte le contexte culturel, pour comprendre les souffrances de chaque individu. « Pour soulager des populations en souffrance, c’est très important de comprendre leur culture », a-t-elle rappelé. Après son intervention, elle a animé un temps d’échange avec les chefs de missions de l’ONG, tous réunis au siège pour un séminaire.

Découvrez l’interview de Roula Michati en vidéo :

Aujourd’hui, Roula Michati travaille pour l’ONG Waha International. Elle est spécialisée dans les domaines de la santé mentale et des violences basées sur le genre.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don