RDC : Première Urgence Internationale vaccine 32 500 enfants contre la rougeole


La République démocratique du Congo (RDC) est toujours en proie à plusieurs épidémies virales mortelles, dont le COVID-19 et la maladie à virus Ébola. Première Urgence Internationale participe à la riposte sanitaire d’urgence pour freiner ces deux épidémies, et poursuit, en parallèle, sa campagne de vaccination contre la rougeole dans les provinces du Kasaï et du Kasaï central. Entre avril et mai 2020, plus de 32 500 enfants ont été vaccinés contre cette maladie mortelle et très contagieuse.

vaccination contre la rougeole en République démocratique du Congo

© Première Urgence Internationale – Mai 2020.

La pandémie de COVID-19 est loin d’être le seul fléau sanitaire qui touche la RDC. Depuis août 2018, le pays lutte aussi contre la 10ème épidémie mortelle de maladie à virus Ébola dans l’est, face à laquelle Première Urgence Internationale déploie des activités de prévention et contrôle pour en freiner la propagation. Depuis le 1er juin 2020, une nouvelle épidémie de maladie à virus Ébola, la 11ème, est apparue dans la province de l’Équateur, au nord-ouest du pays. La RDC fait aussi face à une épidémie mortelle de rougeole depuis 18 mois. De début 2019 à aujourd’hui, la RDC a enregistré plus de 372 000 cas de rougeole et près de 7 000 décès, dont beaucoup de très jeunes enfants, alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace.

Intervenir dès l’apparition de symptômes

Première Urgence Internationale intervient dans les provinces du Kasaï et du Kasaï central dans le cadre de la riposte à cette épidémie de rougeole. Les équipes sont impliquées dans la prise en charge, la réponse et la formation du personnel soignant et des relais communautaires. L’objectif : détecter les premiers signes le plus rapidement, pour traiter la maladie le plus tôt possible.

Première Urgence Internationale organise, par exemple, des formations auprès de relais communautaires qui ont pour mission de rechercher activement les cas, identifier les premiers symptômes (éruptions cutanées, toux, fièvre), référer les patients vers les structures de soins et sensibiliser les communautés sur les possibilités de vaccination.

Des cliniques mobiles pour vacciner en zones rurales

En parallèle, Première Urgence Internationale a déployé des cliniques mobiles, constituées de personnel soignant (médecins, infirmiers) et équipées de tout le matériel médical nécessaire, pour se déplacer dans les zones trop éloignées des centres de santé du Kasaï.

Une première campagne de vaccination a d’abord été menée en avril dans la zone de santé de Ndekesha, zone rurale située à 120km au nord-ouest de la ville de Kananga. En cinq jours, 9 518 enfants (âgés de 6 mois à 5 ans) ont été vaccinés.

Une deuxième campagne a été menée fin mai dans la zone de santé de Demba, à 65km à l’est de Kananga. En cinq jours, 23 000 enfants (âgés de 6 mois à 5 ans) ont été vaccinés contre la rougeole.

Pour ces activités, les équipes des cliniques mobiles de Première Urgence Internationale ont travaillé en étroite coopération avec des personnels étatiques : coordinateurs des zones de santé, superviseurs de proximité, agents de l’ordre, mobilisateurs communautaires, personnels des sites de stockage et de gestion des déchets…

Une nouvelle campagne de vaccination est prévue dans les semaines à venir dans la zone de santé rurale de Ndjoko Mpunda  ; elle vise 13 000 enfants. Les équipes de Première Urgence Internationale et leurs partenaires étatiques espèrent toucher à nouveau plusieurs milliers d’enfants.

 

Ces campagnes de vaccination sont mises en place par Première Urgence Internationale avec le financement du Fonds Humanitaire en RDC.

 

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don