RCA : Après la fermeture du camp de M’Poko, les équipes de Première Urgence Internationale poursuivent leurs activités dans le pays


Depuis Janvier 2014, Première Urgence Internationale était le gestionnaire du camp de déplacés de M’Poko. Dans ce camp qui a par le passé accueilli jusqu’à 100 000 personnes, 21 000 l’étaient encore lors du démantèlement du camp qui a débuté le 15 décembre 2016 à l’initiative du gouvernement centrafricain. La destruction des quelques 5 000 huttes a pris fin le 31 janvier dernier.

Dans une logique de soutien aux populations, Première Urgence Internationale a accompagné au mieux ce processus de fermeture et les retours dans les quartiers de Bangui de façon volontaire, digne et informée de la population. Le mandat de l’association en tant que gestionnaire du site de M’Poko a pris fin au 31 janvier 2017, après trois ans de présence auprès de la population déplacée.

Première Urgence Internationale est présente en République Centrafricaine depuis 2007 et gestionnaire du camp de M’Poko depuis janvier 2014. Conformément à son mandat, Première Urgence Internationale, en tant que gestionnaire de site, a joué pendant 3 ans le rôle d’interface entre les populations déplacées, les délégués de zone, les comités, les prestataires de services et les autres acteurs ainsi que l’aménagement du site. L’organisation a également mené des séances de sensibilisation sur les risques liés au processus de fermeture du site de M’Poko (séparation familiale, vandalisme d’infrastructures communautaires, etc) et a identifié les enfants vulnérables qui n’avaient pas de solution de relocalisation. Première Urgence Internationale a notamment mis en place une activité « go and see visits » consistant à accompagner des déplacés dans leur quartier d’origine et encadrée par des entretiens afin de préparer les déplacés aux chocs que peuvent engendrer ces visites. Le lendemain, une restitution était organisée où les déplacés racontaient eux-mêmes aux autres habitants de M’Poko ce qu’ils ont vu, ce qu’ils pensaient voir et partagent leurs impressions.

Première Urgence Internationale a, dans les derniers temps du projet, concentré ses activités sur la collecte et le partage de données sur l’avancée des opérations de démantèlement, le traitement des cas de litiges, les incidents et mouvements de retour vers les quartiers de Bangui. Ce partage d’informations a permis d’orienter les activités actuellement en cours ou à venir dans les quartiers de retour, dans une logique de coopération et de coordination. Désormais une équipe dédiée au suivi des personnes retournées dans les quartiers a été mise en place afin de comprendre au mieux les besoins de ces populations vulnérables et de pouvoir y répondre.

La fin de son projet sur le site de M’Poko ne signifie pas l’arrêt des activités de Première Urgence Internationale à Bangui. Ainsi, l’organisation continue de mener des projets de reconstruction dans le 3ème arrondissement et des projets d’appui au système sanitaire dans les 1er, 2ème et 4ème arrondissements. L’association intervient également dans les provinces de Berberati, Ndele et Sibut via des activités en nutrition, santé, relance agricole et de travail contre rémunération.

En 2017, Première Urgence Internationale s’attachera à développer des projets avec pour objectif de répondre aux nouveaux besoins des populations retournées et des communautés hôtes. Ces activités s’inscrivent dans la volonté de L’organisation d’accompagner la République Centrafricaine dans ses efforts de stabilisation et de relèvement.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don