Première Urgence Internationale s’engage contre les violences sexistes dans les contextes d’urgence


Première Urgence Internationale vient de rejoindre l’Appel à l’action contre les violences basées sur le genre dans les situations de crise. L’ONG est désormais l’un des 84 partenaires de cette initiative mondiale. Et s’engage à travailler sur cette problématique dans l’ensemble de ses missions. 

Première Urgence Internationale s'engage contre les violences sexistes

Première Urgence Internationale s’engage contre les violences existes dans les contextes d’urgence –
© Gottay Photography, Nigeria, 2018.

Première Urgence Internationale a récemment intégré l’Appel à l’action contre les violences sexistes, dans les situations de crise humanitaire (Call to Action on Protection from Gender Based Violence in Emergencies). L’ONG rejoint la liste des partenaires de cette initiative. Ainsi, elle s’engage aux côtés d’États, de bailleurs, d’organisations internationales, et d’organisations non-gouvernementales.

Cet Appel à l’action, porté dans un premier temps par l’Union européenne puis aujourd’hui par le Canada, a été lancé en 2013. Avec l’intention de réunir différents acteurs et de transformer fondamentalement la manière dont les violences basées sur le genre sont traitées dans les situations d’urgence humanitaire. L’initiative compte à ce jour 84 partenaires.

Réduire les risques de violence sexiste

L’objectif est de susciter le changement et de favoriser la responsabilisation de tous les acteurs partenaires répondant aux crises humanitaires. L’Appel à l’action vise à ce que tout effort humanitaire, dès le début d’une crise, intègre les politiques, systèmes et mécanismes permettant de réduire les risques de violence sexiste. En particulier, les violences à l’égard des femmes et des filles. L’initiative cherche aussi à garantir la mise à disposition de services sûrs et complets à toutes les personnes touchées par ces violences.

Concrètement, Première Urgence Internationale s’engage sur deux actions-clés, à horizon 2020 :

  • Mettre en œuvre et déployer des politiques, règlements et procédés internes qui guident l’action et la responsabilité de l’ONG, en termes d’égalité entre les sexes, et de protection contre les violences sexistes, dans l’aide humanitaire apportée ;
  • Intégrer ces deux problématiques (violences basées sur le genre et égalité entre les sexes) dans les outils, engagements, et programmes. Et s’assurer du suivi et de l’analyse de l’information relative à ces problématiques.

Renforcer les ressources

En 2019, Première Urgence Internationale a souhaité remettre la Protection Humanitaire au cœur de son action, notamment en se dotant de ressources dédiées. Tout en réaffirmant l’objectif général de protection de l’action humanitaire dans son mandat et sa stratégie pluriannuelle 2020-2024.

Dans le même temps, l’ONG a également renforcé son expertise en santé mentale et soutien psychosocial. Avec l’ambition de proposer une réponse intégrée. C’est-à-dire : qui s’illustre de manière transversale dans l’ensemble de ses secteurs d’intervention (santé, nutrition, sécurité alimentaire, éducation, gestion de camps, relance économique…).
« En intégrant cet Appel à l’action, nous formalisons un engagement institutionnel et opérationnel.  Nous nous engageons ainsi sur des actions concrètes et des objectifs clairs », souligne Laura Callot, référente Protection et Genre pour Première Urgence Internationale. « Nous sommes redevables envers le réseau de partenaires de cette initiative. Mais aussi et surtout, envers les populations des zones où nous intervenons ».

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don