« La logistique est une composante indispensable de l’humanitaire »


A Bangui, Première Urgence Internationale gère une plateforme logistique mutualisée. Trois objectifs : améliorer les capacités logistiques des interventions humanitaires en Centrafrique, baisser les coûts en mutualisant le stockage, garantir un lieu de stockage sécurisé. Aujourd’hui, elle est utilisée par 19 partenaires travaillant dans le secteur humanitaire, une première du genre dans le pays. Rencontre avec GrâceàDieu Guedourou, un Centrafricain de 29 ans qui est l’assistant du responsable de la plateforme logistique.

Quel est ton rôle sur la plateforme logistique ?

« Je gère les entrées et sorties des stocks. Cela veut dire que je m’assure que chaque mouvement est bien consigné afin d’assurer le suivi auprès de chacun des partenaires. Ici nous gérons un espace de stockage de 3 000 m3 sur une surface de 1 800 m². C’est l’un des plus grands espaces de ce type à Bangui. La coordination entre partenaires est primordiale pour assurer le bon fonctionnement, à ce titre chaque mouvement doit être anticipé de 24h pour éviter les blocages.

Que stockez-vous dans l’entrepôt ?

Grâce à Dieu Guedourou est assistant responsable de la plateforme logistique en RCA de Première Urgence Internationale

Beaucoup de choses ! Tout ce dont on peut avoir besoin pour une intervention humanitaire. Nous avons 11 espaces de stockages distincts, dont certains sont réfrigérés pour le stockage des médicaments par exemple. Aujourd’hui, nous attendons une grosse livraison pour une ONG internationale, je superviserai le déchargement. Les médicaments demandent un suivi particulier afin de s’assurer que les conditions de stockage n’altèrent pas leur efficacité. En ce moment nous avons aussi des toilettes, lavabos et matériaux qui vont partir dans l’Est du pays pour la rénovation d’un hôpital. On stocke également des vivres, des produits non alimentaires, des kits de réponses d’urgence, du matériel médical, de l’essence ou des matériaux de construction.

Quel est l’intérêt d’une telle structure ?

Cela nous permet d’avoir des équipements de qualité et de bonnes conditions de stockage qu’il serait difficile de financer pour chaque ONG. La mutualisation fait baisser les coûts pour chaque structure. Ici nous sommes sept salariés permanents et parfois jusqu’à 15 journaliers en fonction de l’activité de la plateforme logistique. Notre objectif est encore d’élargir le nombre de partenaires et d’agrandir l’espace de stockage afin que cet équipement facilite d’autres interventions humanitaires.

Quel regard as-tu sur ton travail aujourd’hui ?

Lorsque je rentre dans mon quartier et que je vois les personnes à qui nous apportons de l’aide à travers les programmes de Première Urgence Internationale ou d’autres ONG avec des produits qui sont passés par notre entrepôt, je suis très fier, c’est un grand bonheur ! Je me sens utile dans mon pays. J’ai commencé comme manutentionnaire chez Première Urgence Internationale, il y a 3 ans et demi. Passé magasinier puis chef magasinier et enfin assistant du responsable de la plateforme, je suis content que l’on m’ait donné ma chance. »

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don