Des cliniques mobiles prêtes à se déployer en Libye


En février dernier, Première Urgence Internationale a ouvert une mission en Libye. La base opérationnelle se trouve à Benghazi. L’accès à la santé et les problématiques de protection sont aujourd’hui des besoins prioritaires, auxquels nous voulons répondre. 

Des réfugiés attendent dans un préau

La Libye est en proie à une guerre civile depuis 2014, trois ans après la révolution civile de 2011 qui a mis fin à plus de quarante années de pouvoir du Général Kadhafi. Ce conflit a fortement impacté les conditions de vie d’une grande partie de la population libyenne et réduit de jour en jour l’accès de cette dernière aux services essentiels. Les hostilités affectent également les milliers de migrants et chercheurs d’asile qui traversent la Libye dans leur route migratoire vers l’Europe, entraînant une situation humanitaire catastrophique sur les rives de la Méditerranée.

Proposer des soins aux migrants et aux Libyens

Face à cette situation humanitaire, Première Urgence Internationale a décidé d’intervenir à Benghazi où les besoins restent encore aujourd’hui trop peu couverts par les interventions nationales et internationales, alors que la situation devient de plus en plus difficile.

Aujourd’hui, l’accès aux soins et les problématiques de protection sont des besoins prioritaires. Des ruptures régulières en médicaments et un personnel en sous-effectif impactent fortement le fonctionnement des structures de soins de santé primaires. Les hôpitaux se retrouvent alors débordés. Dans un contexte où les maladies chroniques sont fortement représentées, le déficit de prise en charge et l’interruption des traitements entraînent une augmentation significative des complications médicales.

Soutenir les infrastructures de santé locales

En partenariat avec deux ONG locales, LAPS (Libyan Psychological Association) et LIBAID (Libyan Humanitarian Relief Agency), et grâce au soutien financier de la Commission Européenne (DG ECHO) et du Centre de Crise et de Soutien du MAE français (CDCS) l’équipe de Première Urgence Internationale est sur le point de déployer deux cliniques mobiles dans les principaux sites de déplacées de Benghazi. Ces équipes seront chargées de dispenser des services de soins de santé primaire incluant le suivi des patients atteints de maladies chroniques. L’équipe médicale est également formée aux premiers secours psychologiques afin de répondre au mieux aux besoins des personnes affectées par le conflit.

En plus des soins dispensés par l’équipe mobile, un mécanisme de réponse rapide en santé va être développé. Cela permettra l’appui au système de surveillance et d’alerte sanitaire déjà développé par les Autorités Sanitaires Locales et l’Organisation mondiale de la Santé. Le but de ce mécanisme est de conduire une évaluation rapide dans le cas d’augmentation du nombre de personnes déplacées dans une zone, et/ou dans le cas d’événements épidémiologiques inhabituels (épidémies, augmentation de certaines pathologies, augmentation des taux mortalité, etc.) et de déployer rapidement une intervention de soins de santé mobile, selon les besoins.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don