#Notatarget : Appel des ONG en Afghanistan à assurer la protection des travailleurs humanitaires


Communiqué de presse

Kaboul, le 26 janvier 2018 – Nous, les 61 organisations non gouvernementales (ONG) nationales et internationales signataires de cet appel, condamnons avec la plus grande fermeté l’attaque atroce qui a eu lieu, mercredi 24 janvier, contre les bureaux d’ONGs à Jalalabad (Nangarhar). Le bilan à l’heure actuelle fait état d’au moins 7 morts et de plus de 31 blessés, dont cinq enfants. Nous aimerions exprimer toutes nos condoléances aux familles des victimes de cette attaque atroce.

Les ONG en Afghanistan sont souvent la première ligne de réponse pour les personnes dans le besoin.
En 2017, grâce au soutien des ONGs avec d’autres acteurs humanitaires, plus de 3,4 millions de personnes en Afghanistan ont reçu de la nourriture, de l’eau, un abri et d’autres aides vitales pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires.

« Il est de la plus haute importance que les ONGs puissent agir dans les situations de besoin humanitaire extrême, y compris dans des situations de conflit armé, avec l’assurance que leur personnel, leurs biens et leurs activités ne seront pas directement ou indirectement attaqués », déclare Fiona Gall, directrice d’ACBAR.

Une attaque aussi atroce constitue une violation manifeste du Droit international humanitaire. Nous exigeons donc une enquête rapide, indépendante et transparente pour comprendre comment et pourquoi cet incident s’est produit.

Ce n’est pas un incident isolé. Les attaques contre les travailleurs humanitaires sont fréquentes en Afghanistan. Au cours de l’année écoulée, il y a eu 156 attaques contre des travailleurs humanitaires commises par des acteurs impliqués dans le conflit actuel. Ainsi, 17 travailleurs humanitaires ont été tués alors qu’ils tentaient de fournir une aide humanitaire vitale, notamment de la nourriture, de l’eau potable et des soins de santé à ceux qui en avaient le plus besoin.

Les attaques contre les acteurs humanitaires sont des attaques contre les personnes que nous essayons d’aider. En fin de compte, toute attaque, intimidation, violence ou menace contre les travailleurs humanitaires entraînera des retards dans la délivrance de l’aide, voire même le retrait de l’aide – et donc aura un impact négatif sur les conditions de vie des Afghans les plus vulnérables.

La fourniture d’aide humanitaire vitale est un acte neutre, protégé par le Droit international humanitaire. Nous appelons toutes les parties au conflit afghan à respecter la neutralité des ONGs, de leur personnel et de leurs installations, ainsi qu’à respecter le Droit international humanitaire, qui protège les travailleurs humanitaires et les civils.

« Partout dans le monde, le nombre d’attaques violentes contre les travailleurs humanitaires augmente. Elles se déroulent dans un contexte de «normalisation» de l’usage de la violence contre les civils et les travailleurs humanitaires dans les situations de conflit. C’est une érosion générale du respect de l’humanité et du travail humanitaire », souligne Kinga Komorowska, Directrice pays d’Action contre la faim.

Malgré la résolution 2175 (2014) du Conseil de Sécurité des Nations-Unies qui condamne toutes les attaques contre les travailleurs humanitaires, une culture d’impunité continue d’exister. Suite aux discussions du Sommet humanitaire mondial en 2016, en tant qu’ONG opérant en Afghanistan, nous réaffirmons la nécessité pour tous les acteurs de respecter le Droit international humanitaire et de condamner toutes les attaques contre les travailleurs humanitaires et les civils. Comme exemple d’engagement concret pour la protection de tous les travailleurs humanitaires, nous appelons la communauté internationale à explorer les mécanismes juridiques et judiciaires pour assurer la protection de notre personnel contre la violence, ainsi que ceux de redevabilité lorsque des violences ont été commises, via la nomination d’un Représentant Spécial pour le Renforcement de la Protection des Travailleurs humanitaires.

Des actions concrètes sont nécessaires pour assurer la protection de tous les travailleurs humanitaires pendant que nous, communauté des ONGs en Afghanistan, continuons à travailler pour venir en aide aux personnes les plus démunies en Afghanistan.

 

Contact presse :
Jérôme POIRIÉ : +33783425719 / [email protected]

Voir la liste des ONG signataires

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don