Mali : « J’apporte ma contribution à l’amélioration de la santé des femmes dans la communauté »


Madame Habssa Wallet Ibrahim âgée d’une soixantaine d’années est une Accoucheuse Traditionnelle Recyclée (ATR) dans l’aire de santé de Talabit où se situe l’un des huit centres de santé appuyés par Première Urgence Internationale dans la région de Kidal, au Nord du Mali.

Accoucheuses Traditionnelles Recyclées au Mali

Madame  Habssa Wallet Ibrahil – Accoucheuse traditionnelle recyclée pour le centre de santé de Talabit © Première Urgence Internationale

Madame Habssa est une femme dévouée dans sa fonction d’accoucheuse traditionnelle recyclée. Son métier consiste essentiellement à rechercher des signes de danger de la grossesse et à faire la promotion des Pratiques Familiales Essentielles (ce sont des séances de sensibilisations auprès des familles pour la promotion de la santé, la croissance et le développement de l’enfant). Elle s’occupe également de recenser les femmes enceintes pour proposer un accouchement dans le centre de santé le plus proche.

C’est pourquoi Première Urgence Internationale les a notamment formés aux pratiques familiales essentielles ainsi qu’à l’identification des signes de risque pour les grossesses.  En effet, avant d’être « recyclées », les accoucheuses traditionnelles aidaient les femmes à accoucher à domicile, entraînant des complications, voire la mort des mères et des bébés.

Pour la période 2014-2018, le risque de mortalité infantile est estimé à 54 décès pour 1 000 naissances vivantes et le risque de mortalité juvénile à 49 pour 1 000. De plus,  environ 1 femme sur 50 court le risque de décéder de causes maternelles durant sa vie reproductive.

Aujourd’hui, les accoucheuses traditionnelles recyclées au Mali sensibilisent et orientent les femmes enceintes vers des centres de santé pour l’accouchement.

Formation des  Accoucheuses Traditionnelles et distribution de kits incitatifs pour sécuriser les accouchements

Première Urgence Internationale, forme et motive des accoucheuses traditionnelles recyclées,  dont Madame Habssa Wallet Ibrahil. Ces formations s’organisent via des supervisions formatives mensuelles assurées par une équipe multidisciplinaire constituée : d’un médecin,  d’une sage-femme et de mobilisateurs communautaires. Ces activités contribuent ainsi à la réduction de la morbidité et mortalité des femmes enceintes et des enfants.

Distribution par première Urgence Internationale de kits compensatoires pour les accoucheuses traditionnelles recyclées au MaliCentre de santé de Talabit le 30 octobre 2019, donation des kits de motivation pour accouchement à l’agent santé de reproduction du centre par l’équipe de supervision de Première Urgence Internationale © Première Urgence Internationale

Madame Habssa déclare avoir constaté un engouement des femmes enceintes à accoucher dans le centre de santé. Elle exhorte ainsi Première Urgence Internationale à continuer ses actions afin de contribuer à la santé des populations de Talabit et en particulier celle des femmes.

Valoriser le rôle des accoucheuses traditionnelles recyclées au Mali

La mortalité maternelle et périnatale au Mali est un problème majeur de santé publique. Ce phénomène est exacerbé par le manque de ressources humaines qualifiées et la faible utilisation des services de santé reproductive.

Les accoucheuses traditionnelles ne sont pas considérées comme des professionnelles de santé reproductive qualifiées. Mais ce sont souvent le premier contact des femmes enceintes à la recherche de soins.

Cette évolution du métier d’accoucheuse traditionnelle au Mali, contribue à réduire la mortalité maternelle et infantile. Elles sont régulièrement suivies par des mobilisateurs communautaires de Première Urgence Internationale et reçoivent une compensation en nature via des kits.

Ces kits permettent de compenser le manque de revenus de ces accoucheuses traditionnelles pour ne pas avoir pratiqué l’accouchement elles-mêmes. Leur implication a permis d’améliorer le taux d’accouchement dans les centres de santé communautaire avec du personnel qualifié.

Distribution par première Urgence Internationale de kits compensatoires pour les accoucheuses traditionnelles recyclées au MaliDistribution de kits compensatoire aux accoucheuses traditionnelles recyclées du 22 au 30 avril 2020 par les équipes de Première Urgence Internationale. © Première Urgence Internationale

A Bankass, en avril, 45 accoucheuses traditionnelles recyclées ont reçu une trousse incitative. Elle comprend 3 pagnes en tissu imprimé, 5 kg de sucre, 2 boîtes de lait en poudre, du savon et du thé.

Ces activités sont possibles à Kidal et à Ansongo (Région de Gao à travers un financement de la DG ECHO avec un projet intitulé « Appui au renforcement de l’accès aux soins médico-nutritionnels des populations vulnérables et à la redynamisation du système dans les zones affectées par les crises au Centre et au Nord du Mali ».

Elles sont également mises en œuvre  dans le cercle de Bankass grâce au soutien financier d’USAID/BHA[1] à travers un projet intitulé « Rétablir l’accès aux soins de santé primaires dans les zones affectées par des conflits ».

Vous pouvez soutenir nos actions au Mali en vous engageant avec nous ou en faisant un don pour notre ONG.

94% de nos dons sont alloués à nos missions sur le terrain. Vous pouvez bénéficier d’une réduction de 75% du montant de votre don. (Limite de 530€ – au-delà, la réduction est de 66%).

[1] Grâce au généreux soutien du peuple américain à travers l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et son Bureau pour l’Assistance Humanitaire (BHA).

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don