«Chroniques tchadiennes. Regards vers l’Est» de N’Djaména à Paris


Diaporama photo – « Chroniques tchadiennes. Regards vers l’Est » (©Frédéric Noy)

Du 30 septembre au 10 octobre 2016, l’Espace des Arts sans frontières à Paris présentera les photographies de Frédéric Noy regroupées dans une exposition intitulée « Chroniques tchadiennes. Regards vers l’Est ». Des chroniques de vie qui rendent compte du quotidien des populations du Ouaddaï.

Dans les environs de Malanga au Tchad, un groupe de femmes et leurs enfants s’abritent du soleil dans une hutte. Le visage d’une jeune fille se dessine en contre-jour à l’entrée de l’abri. Du blanc rayonnant au rouge ardent, les couleurs semblent soigneusement sélectionnées pour illustrer cette scène et donner vie à cette image presque picturale. Le peintre se nomme Frédéric Noy. Photographe indépendant, militant et engagé dans la solidarité internationale, il n’a pas hésité à participer à ce projet photographique sur le Tchad initié par Première Urgence Internationale.

En mars 2016, envoyé par l’ONG et avec le soutien d’OFDA (Bureau d’assistance aux catastrophes – USAID), il s’est rendu sur les pas des équipes de Première Urgence Internationale au Tchad. Du Ouara à l’Assoungha, il s’est intéressé au quotidien des populations du Ouaddaï, leur vécu, leurs espoirs. Il a écouté leurs récits dans lesquels le soutien apporté par l’ONG transparaît. Il a figé des moments de vie, des chroniques de vie tchadiennes.

De N’Djamena à Paris

L’Institut français du Tchad a accueilli l’exposition du 8 juin au 2 juillet 2016. Cette fois, c’est au tour de l’Espace des Arts sans frontières à Paris (19e) d’exposer ces tableaux photographiques de la vie tchadienne. Il accueillera l’exposition « Chroniques tchadiennes. Regards vers l’Est » du 30 septembre au 10 octobre 2016.

Le Tchad, une situation critique

Depuis plusieurs années, l’est du Tchad subit de plein fouet les tensions liées au conflit voisin au Darfour. La confrontation de différents groupes armés soudanais et tchadiens a provoqué d’importants déplacements de populations. Malgré l’amélioration de la sécurité grâce aux accords passés entre les gouvernements des deux pays, la situation peine à s’améliorer, alors que la sécheresse de 2011 a provoqué une crise alimentaire en 2012. Bien que les récoltes des années suivantes aient été bien meilleures, près de 29% des foyers étaient encore endettés en 2015 (source: Sondage post-récolte réalisé par Première Urgence Internationale en Janvier 2015).

Ces chocs successifs ont plongé toute une partie de la population dans une situation critique. En effet, les plus pauvres ont encore du mal à sortir du cercle vicieux de l’endettement provoqué par la crise alimentaire de 2012 et souffrent d’un manque d’accès aux biens de première nécessité. De la même façon, l’accès aux soins de santé est difficile à cause de la faiblesse du système de santé, de l’éloignement des structures ou simplement du manque d’argent. Les problèmes d’accès à l’éducation ont pour impact un manque de sensibilisation aux problématiques de santé.

Travailler étroitement avec les populations

Du département pédiatrie aux relais lumière des communautés, certaines activités de Première Urgence Internationale sont mises en lumière dans ces photos. Depuis 2004, l’ONG intervient au Tchad et est devenue le principal acteur de la zone. Afin de répondre aux besoins constatés sur le terrain, les équipes ont développé des projets afin de soutenir les populations les plus vulnérables dans les domaines de la santé, de la sécurité alimentaire et de la nutrition, des problématiques étroitement liées.

La sensibilisation est la clé de voûte des actions mises en œuvre par Première Urgence Internationale. Pour renforcer les effets positifs du projet, l’ONG travaille avec des relais communautaires : des personnes appartenant à la communauté, choisies par elle pour sensibiliser et accompagner la population sur des sujets comme la santé et la sécurité alimentaire, mais aussi pour détecter et signaler des personnes vulnérables ou des bénéficiaires prioritaires.

Date : Du 30 septembre 2016 au 10 octobre 2016
Horaires : De 14h à 19h
Lieu : Espace des Arts sans frontières

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don