La langue, un outil pour s’en sortir au quotidien


La langue est indispensable pour s’en sortir au quotidien

Diaporama photo des activités de la mission France

Depuis fin 2015, les équipes de Première Urgence Internationale proposent des ateliers sociolinguistiques aux populations en grande précarité en Ile-de-France pour les aider à s’en sortir au quotidien. En parallèle, des activités « éveil et jeux » et un jardin-potager sont ouverts aux enfants.

« Ce matin, nous allons parler de l’Aide Médicale de l’Etat. Voici un formulaire type pour accéder à ce droit », explique Ninon Bascou, chargée de projet insertion sociale pour la mission France de Première Urgence Internationale, aux participants.  Ce vendredi matin, Ninon propose d’étudier un document permettant aux personnes de faire une demande d’Aide Médicale de l’Etat, un droit qui leur permet d’accéder à des soins de santé.

Depuis fin 2015, Première Urgence Internationale a mis en place des ateliers sociolinguistiques. L’objectif : apporter des compétences en langue française à des adultes qui ne maîtrisent pas la langue ou qui ont été peu scolarisés. Ces cours s’adressent à des individus en grande précarité. « Bien souvent, les personnes viennent s’inscrire dans l’optique d’améliorer leur niveau de français afin de trouver un emploi ou d’être plus autonome dans leur quotidien », précise Ninon. Les ateliers comportent deux niveaux de formation avec des modules très pratiques. Les personnes apprennent à  se présenter, à appréhender des documents officiels et des espaces sociaux liés à l’accès aux droits ainsi que de rédiger un C.V. ou une lettre de motivation.

Depuis mai, une vingtaine de personnes ont suivi ces ateliers animés par des formateurs bénévoles. « Nous sommes en mesure d’accueillir davantage de personnes et nous recrutons d’ailleurs des bénévoles. Des personnes qui ont du temps, quelques heures par semaine, à consacrer à ces formations », explique Ninon Bascou.

« Eveil et jeux » et « potagers »

En parallèle de ces formations, Première Urgence Internationale propose des ateliers ludo-éducatifs destinés aux enfants de 3 à 12 ans. « Ils permettent aux parents qui veulent participer aux cours de langue de laisser leurs enfants quelques heures à nos équipes qui mettent en place des activités d’éveil et de jeux  ».

Dans le jardin du Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) d’Ivry-sur-Seine, les enfants cultivent salades, aubergines et radis dans un potager animé par des bénévoles. Pour Delia (10 ans), Cosmina (5 ans) et Andra (13 ans), « cette activité permet d’apprendre de nouvelles choses tout en profitant du jardin entre copains ».

Louise a 19 ans. Elle est volontaire en service civique et anime de temps en temps les ateliers « éveil et jeux » et « potager ». Pour elle, cette expérience est particulièrement enrichissante : « J’ai beaucoup appris sur les conditions de vie des personnes vivant dans les bidonvilles. J’ai d’ailleurs pris un billet d’avion pour visiter la Roumanie fin septembre ! »

Des projets qui se nourrissent de rencontres et d’expériences de vie. Ces activités sont d’ailleurs nées d’un besoin identifié par les équipes mobiles de Première Urgence Internationale qui se déplacent pour mener des actions sanitaires auprès des populations des squats et bidonvilles d’Ile-de-France. Ninon explique : « l’apprentissage de la langue n’est pas une priorité pour ces personnes qui doivent bien souvent trouver des solutions à des besoins basiques comme nourrir leur famille ou trouver un toit pour dormir. Cependant, certaines personnes parviennent à puiser de l’énergie pour suivre ces ateliers et je trouve cela vraiment admirable ». Elle conclut : « c’est une vraie source de motivation pour tous les bénévoles ».

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don