GAZA – Une crise humanitaire aggravée par les mauvaises conditions météorologiques


Les équipes de Première Urgence Internationale en Territoire palestinien occupé viennent en aide, depuis le début de la semaine, aux familles touchées par la tempête et les pluies continues qui s’abattent sur plusieurs localités situées dans le sud de la bande de Gaza. Les dégâts causés par ces intempéries viennent endommager encore un peu plus des infrastructures déjà ravagées par plusieurs guerres et huit ans de blocus.

A Khuza’a, Auraiba, et Al Shouka, Première Urgence Internationale a distribué des feuilles de nylon à 52 familles afin qu’elles puissent protéger leurs maisons des intempéries. 60 kits hivernaux – composés de matelas et de couvertures – leur ont également été remis.

Avec l’aide de la municipalité de Khuza’a, l’équipe a drainé l’eau de pluie qui stagnait dans les rues les plus basses de la ville. L’ONG a également fourni une pompe à eau à la municipalité d’Abassan Al Kabira.

Première Urgence Internationale suit également de très près, via des visites terrain, la situation de familles touchées par les inondations à Al Mughraga et Johr Ad Dik. Quelques maisons ont en effet été légèrement affectées par la tempête, mais la situation reste sous contrôle.

Pour éviter que la situation ne se répète à l’avenir, lorsque de prochaines intempéries frapperont de nouveau la zone, il est essentiel de remédier aux causes sous-jacentes.

« La situation humanitaire n’est pas loin de prendre un tournure dramatique »

D’après Gaël Léopold, Chef de mission de Première Urgence Internationale en Territoire palestinien occupé :La communauté internationale doit prendre la mesure de la gravité des difficultés auxquelles sont confrontés les habitants de la bande de Gaza. Plusieurs rapports publiés l’an dernier ont souligné la situation de « dé-développement » à Gaza, due au blocus imposé depuis 8 ans et aux guerres successives. Aujourd’hui, la situation humanitaire, déjà très difficile, n’est pas loin de prendre une tournure dramatique pour des milliers de Gazaouis, notamment pour ceux qui vivent dans des logements provisoires.”

Cette intervention d’urgence à Gaza a été financée par le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères et du Développement international français, par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires et par le Service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO).


Pour plus d’informations

Territoire palestinien occupé : Riham Abu Aita, Communications manager
[email protected] / +970 (0)2 298 41 01

France : Claire Labat, Responsable de la communication
[email protected] / +33 (0)1 80 88 72 64


Première Urgence Internationale est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale, à but non lucratif, apolitique et laïque, dont la vocation est de défendre les droits fondamentaux de la personne, tels que définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Notre objectif : permettre aux populations de recouvrer durablement autonomie et dignité.

Nos équipes se mobilisent au quotidien pour couvrir les besoins fondamentaux des victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues par les effets de catastrophes naturelles, de guerres et de situations d’effondrement économique. Ainsi, nous intervenons dans des domaines complémentaires tels que la santé, la sécurité alimentaire, la nutrition, la réhabilitation et la construction d’infrastructures, l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la relance économique, l’éducation et la protection. Première Urgence Internationale porte assistance à environ 4 millions de personnes  à travers 22 pays situés en en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Europe.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don