Exposition – « Ukraine : les visages du conflit »


Du 15 au 27 mars se tiendra, au lieu culturel Le 193, l’exposition « Ukraine : les visages du conflit ». A travers des photographies, des vidéos et des histoires, l’exposition met en lumière le quotidien des personnes accompagnées par Première Urgence Internationale et vivant près de la « ligne de contact » à l’est du pays, où un conflit armé dure depuis sept ans.

©Sergey Korovayny - Cette exposition est la deuxième de Première

©Sergey Korovayny – C’est la deuxième exposition de Première Urgence Internationale en lien avec le conflit du Donbass

Dans le bassin minier du Donbass, le conflit a d’abord débuté par des manifestations pacifiques mais s’est rapidement mué en combat armé. Une ligne de contact sépare les zones contrôlées par le gouvernement ukrainien de celles non contrôlées par le gouvernement.

Sur et aux abords de cette ligne de contact, dans les régions de Donetsk et Lougansk, se trouvent des villages et leurs habitants qui ont dû s’adapter à ce nouveau quotidien, parfois ponctué de tirs d’armes à feu et d’éclats d’obus.

Première Urgence Internationale est présente depuis 2015 dans la région de Donetsk. Avec le soutien de L’Union européenne, par le biais de son service de Protection Civile et Opérations d’Aide Humanitaire Européennes (ECHO), l’ONG fournit une assistance dans les domaines de la santé, la santé mentale, l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Les destructions et dommages causés sur les hôpitaux, les routes, les écoles et les infrastructures hydrauliques font partie des dommages collatéraux infligés aux résidents de ces zones de combats.

Par conséquent, certains habitants et habitantes doivent (sur)vivre quotidiennement parfois sans accès à l’eau potable, gaz, électricité ou autres services essentiels.

Une force inspirante

À travers ces clichés et vidéos, c’est toute la gravité du moment que Sergey Korovayny, storyteller originaire de la région, a réussi à capturer. Mais aussi la dignité et l’espoir qui poussent ces civils à avancer chaque jour, malgré les conditions de vie difficiles.

« Les actions militaires influencent lourdement le mental de chacun. C’est très difficile, témoigne Natalia Nikolaevna Aksyonova, une personne retraitée soutenue par l’ONG, elle ajoute : « Ma fille vit à Donetsk, je ne peux pas lui rendre visite. De plus, il y a des mesures de restrictions dû à la quarantaine, et dans l’ensemble : un désarroi total. Je ne ressens pas de haine pour quiconque. Chacun a sa propre vision du monde. Mais, bien sûr, il est souhaitable que ce conflit prenne fin. »

La plupart des personnes qui ont choisi de rester vivre dans les petits villages le long de la ligne de contact montrent des signes de détresse psychologique. Afin de pouvoir faire face à l’adversité, des mécanismes de défense et d’adaptation sont utilisés spontanément par les personnes.

Même si les combats se sont atténués depuis un nouveau cessez-le-feu signé en juillet dernier, la trêve est enfreinte quotidiennement.

Comme tout conflit il a, à ses débuts, marqué les esprits et défrayé la chronique. Mais petit à petit, les reportages et les récits de vie se sont fait plus rares, jusqu’à devenir quasiment inexistants, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières du pays. Une guerre silencieuse, sur laquelle Première Urgence Internationale essayait, déjà en 2018, d’attirer l’attention des médias.

Cette exposition a pour objectif de changer la donne, et remettre au cœur des préoccupations la vie et le bien-être physique et psychologique de ces populations civiles oubliées.

Le photographe

(c) Sergey Korovayny Sergey Korovayny, photojournaliste et storyteller ukrainien

© Sergey Korovayny – Sergey Korovayny, photojournaliste et storyteller ukrainien

Sergey Korovayny est un storyteller. Il est né et a grandi à Donetsk. En travaillant dans le Donbass, il souhaite redonner une voix aux civils oubliés près de la ligne de contact et mettre en lumière le quotidien et les histoires de personnes ordinaires. Directement impacté par le conflit, il espère une résolution rapide pour entamer la reconstruction. Sergey Korovayny a reçu plusieurs récompenses en lien avec son travail, et a déjà exposé ses œuvres aux États-Unis, en France et en Ukraine. C’est la première fois qu’il collabore avec Première Urgence Internationale.

Dans ce contexte de pandémie de COVID-19 et d’évolution des mesures gouvernementales, nous vous invitons à vous renseigner, quelques jours avant l’évènement, sur notre page Facebook ou sur cette page pour prendre connaissance des potentielles mises à jour sur les horaires d’ouverture Vous pouvez aussi nous contacter au 01 55 66 99 66.

Si l’exposition est maintenue, nous serons heureux et heureuses de vous retrouver au 193 : 19 bis Rue Jean Baptiste Semanaz, 93310 Le Pré-Saint-Gervais, Paris, France, du lundi 15 mars au samedi 27 mars de 10 heures à 18 heures. Contact : [email protected].

Ne manquez pas les trois tables rondes en ligne

PROGRAMMATION :
Mardi 16 mars
« La santé mentale à l’épreuve des conflits »

Jeudi 18 mars
« Mission Ukraine : les interventions des ONG »

Jeudi 25 mars
« 7 ans de conflit : raconter une guerre silencieuse »

(Les liens zoom, seront bientôt disponibles – suivez les actualités sur notre évènement Facebook).

Plus d’infos sur la galerie :

« Le 193 est un lieu culturel hybride, acteur de la vie locale et sociale à travers une programmation riche et engagée autour de l’image. Animé et habité par des professionnels de l’image, Le 193, créé sous forme coopérative répond aux besoins d’indépendants et de créatifs.

Cet espace de rencontre, de création et de transmission entre les publics offre de nombreuses possibilités, dont la mutualisation des moyens, et une réflexion profonde sur l’image et ses enjeux. »

Ce projet a été réalisé avec le soutien du service de la Commission européenne de l’Aide Humanitaire et Protection Civile (ECHO).

Date : Du lundi 15 mars au samedi 27 mars
Horaires : De 10 heures à 18 heures
Lieu : Le 193 : 19 bis Rue Jean Baptiste Semanaz, 93310 Le Pré-Saint-Gervais, Paris

Nous vous conseillons également

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don