Ils nous parlent d’espoir en Syrie : Fouad Loufti


Fouad Loufti est un Syrien originaire de Damas. Il travaille avec Première Urgence Internationale depuis 10 ans maintenant en tant que coordinateur « Infrastructure et habitat ». A l’occasion de l’anniversaire des 10 ans de la mission Syrie, un événement est organisé à Paris le jeudi 28 juin 2018 autour du sujet « Et si nous parlions d’espoir en Syrie ? ». Fouad nous explique ce que cet « espoir » signifie pour lui.

Fouad Loufti est coordinateur infrastructure et habitat, il nous parle d'espoir en Syrie

En quoi le thème de « l’espoir » est-il relié aux infrastructures et à l’habitat ?

« Nous pouvons l’envisager selon deux perspectives. D’une part, en pratique, à cause de la crise et de la situation sur le terrain, la première réponse de Première Urgence Internationale a été de construire des abris pour aider les populations qui étaient restées à faire face à la situation. En 2016, l’association a décidé d’inclure dans sa réponse des projets à plus long terme avec des habitations plus durables. En effet, il est nécessaire de de travailler pour le relèvement du pays. Et les populations en Syrie ont besoin de soutien pour reconstruire leurs communautés. D’autre part, de façon plus conceptuelle, nous pouvons considérer que Première Urgence Internationale construit à partir de l’espoir de ces populations.

Quels sont les principaux défis auxquels ces populations sont confrontées dans la reconstruction de leurs vies ?

Comme dans n’importe quel conflit, les défis sont nombreux. D’abord, la situation n’est pas encore complètement stabilisée et il y a encore des affrontements en cours. Et de toute évidence, cela nuit à la capacité des gens à revenir chez eux. Par ailleurs, les efforts pour permettre un relèvement rapide des populations sont entravés par les mesures coercitives unilatérales contre la Syrie (sanctions économiques).

Notre pays a besoin d’efforts et de contributions considérables de la part de toutes les parties prenantes à cette crise pour fournir le soutien nécessaire à la population afin que les Syriens puissent reconstruire leur vie à nouveau.

Qu’est-ce que tu espères personnellement ?

J’ai 38 ans et j’ai une femme et un enfant d’un an. Même si aujourd’hui chaque famille en Syrie a une histoire triste à raconter par rapport à la crise, j’ai décidé de rester à Damas et de soutenir mon peuple. J’ai l’espoir que mon fils aura les mêmes opportunités que j’ai eu.

Aujourd’hui, même si l’avenir n’est pas totalement certain, je travaille dur pour mon peuple, pour donner plus et pour soulager la souffrance des autres. Je crois que l’avenir de nos enfants doit être décidé par nous, et j’espère que bientôt nous aurons tous une vie paisible et prospère, même si cela prend des années.

J’ai été et je suis toujours optimiste. »


Nous vous conseillons également

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don