En Thaïlande, sensibiliser pour lutter contre la dengue


Dans le camp de Mae La, Première Urgence Internationale mobilise ses équipes au quotidien pour sensibiliser les réfugiés birmans aux moyens de se prémunir contre la dengue, une maladie virale transmise par un moustique. Zoom sur un projet participatif, où Première Urgence Internationale œuvre avec la communauté locale, les acteurs associatifs présents sur place et les autorités de santé publique du pays.

Le camp de Mae La, à la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie, rassemble aujourd’hui près de 40 000 réfugiés birmans, certains y vivant depuis plusieurs générations. Les conditions de vie sommaires et le climat tropical rendent les habitants des camps beaucoup plus vulnérables aux épidémies telles que la dengue, qui sévit notamment durant la saison des pluies. Transmise par le moustique tigré, cette maladie virale touche chaque année 50 millions de personnes selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il n’existe actuellement aucun vaccin pour prévenir la dengue, particulièrement présente en Asie du Sud-Est, sa zone de prédilection. Comme l’explique notre Coordinatrice de Programmes en Thaïlande, Marie-Hermine de Montangon : « Les personnes doivent être sensibilisées aux moyens qu’elles peuvent mettre en œuvre pour se protéger et protéger leurs familles ».

Pour cela, Première Urgence Internationale organise chaque année, avant la saison des pluies, une campagne de sensibilisation à la dengue dans le camp de Mae La, en partenariat avec Solidarités International, Caritas Thailand (COERR) et Filmaid. Les équipes médicales bénéficient de formations complémentaires, tandis que la communauté elle-même est sensibilisée par le biais de messages à la radio, diffusée via des haut-parleurs sur le camp. Par ailleurs, Première Urgence Internationale réalise des visites au domicile des patients afin de leur transmettre les messages d’hygiène et de prévention, et de leur distribuer des moustiquaires et des produits anti-moustiques.

Afin d’étendre la portée de ses actions, Première Urgence Internationale s’adresse également aux écoliers. Des sessions de sensibilisation ont été adaptées pour répondre à la demande des représentants de la communauté, qui ont souhaité mobiliser pour la Journée de l’ASEAN (Association of Southeast Asian Nations Dengue) de la lutte contre la dengue.

Célébrée le 15 juin, cette journée est l’occasion de rappeler l’importance de la prévention et du contrôle de la dengue. L’ensemble des équipes prévention de Première Urgence Internationale dans le camp de Mae La ont donc été mobilisées, soit 70 personnes, afin de réaliser des sessions de sensibilisation dans 8 écoles rassemblant près de 3 700 élèves.

Pour Marie-Hermine de Montangon, « la préparation et les efforts conjoints des différents acteurs présents dans le camp font la différence, car ils permettent d’améliorer la réactivité dans la détection et la réponse aux épidémies de dengue ».

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don