A la recherche de logements d’urgence dans le nord du Liban


Plus de 6 000 personnes ont été évacuées d’une soixantaine de campements de réfugiés dans le nord du Liban. Les équipes de Première Urgence Internationale apportent leur assistance à ces populations.

Au Liban, une nouvelle réglementation stipule que les campements de réfugiés doivent être implantés à une distance minimale de 700 mètres des routes principales. Conséquence : une soixantaine de sites ont été évacués début juillet dans la province du Akkar.

Première Urgence Internationale, qui intervient depuis 1996 dans le pays, a répondu à cette urgence en distribuant 500 kits d’hébergement. Ils permettent aux ménages de se constituer un abri d’urgence. Suite à cette évacuation, une vingtaine de nouveaux campements ont ainsi été recrées.  En parallèle, Première Urgence Internationale continue d’assurer des soins de santé auprès de ces réfugiés d’origine syrienne, avec notamment la mise en place d’une équipe mobile.

Alors que les réfugiés disposent d’un délai de 24h à 48h pour quitter les sites, de nouveaux déplacements pourraient survenir. « L’évacuation d’une zone située à moins d’un kilomètre d’une route a d’ores et déjà été annoncée. Environ 5 000 personnes additionnelles pourraient être expulsées », explique Agnès Konrat, responsable de la communication Première Urgence Internationale au Liban.

Les équipes de Première Urgence Internationale craignent une saturation des campements. Pour faire face à la situation, 400 kits d’hébergement supplémentaires seront distribués prochainement.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don