Combattre le froid avec la distribution de kits d’hiver


Dans la majorité des pays où Première Urgence Internationale intervient, l’hiver commence dès le mois de novembre et la neige tombe parfois en décembre, avec un froid beaucoup plus intense. Dans certaines zones, comme au Liban par exemple, ces conditions peuvent durer jusqu’au mois d’avril. Première Urgence Internationale développe des projets spécifiques pour aider les populations à traverser la saison froide.

Le 13 janvier lors d’une conférence de presse à Genève, l’UNHCR a alerté les institutions européennes des dangers auxquels sont exposés les réfugiés et les personnes déplacées suite à « la vague de froid ».

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés rappelle que des milliers de réfugiés, venus de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak empruntent chaque jour la « route des Balkans » pour rallier l’ouest et le nord de l’Europe :

« Plusieurs réfugiés et migrants seraient morts en tentant d’entrer ou de circuler en Europe, notamment cinq depuis le début de l’année, en raison du temps glacial ».

Selon Frontex, le nombre sur la route des Balkans continue d’augmenter et les personnes qui traversent ces territoires viennent principalement d’Irak et Afghanistan.

 

Lorsque les réfugiés ou les personnes déplacées se retrouvent sur les routes de l’exil, ils sont confrontés à des conditions souvent difficiles que la dureté de l’hiver aggrave particulièrement. Pour répondre à cette situation, chaque année début novembre, Première Urgence Internationale développe, dans les pays d’origine des flux migratoires, des projets spécifiques à l’hiver (« winterization »).

Ces projets incluent la distribution de kits composés de couvertures, couettes, kérosène, réchauds, jerricans, matelas et de matériel isolant qui maintient la température des tentes et les rend plus résistantes aux conditions métrologiques.

Des besoins différents selon le lieu de vie

Les besoins ne sont pas les mêmes pour toutes les personnes réfugiées ou déplacées. En effet, certaines personnes se trouvent dans des camps et d’autres vivent dans des bâtiments abandonnées.

Pour les premiers, un « kit simple » suffit, comme celui que Première Urgence Internationale a distribué en Irak. Il est composé de couvertures et de matelas. Au Liban, où les personnes vivent dans des bâtiments désaffectés, les équipes distribuent des « kits complexes», composés d’outils de construction, de bois et de matériel, qui permettent d’isoler leurs habitations et de se protéger du froid.

En Palestine en 2016, Première Urgence Internationale a distribué 250 kits hiver. Chacun contient 4 couettes, 1 matelas, un cylindre de gaz de 5kg pour cuisiner et du nylon à poser sur les toits et les portes.

En Jordanie, Première Urgence Internationale aide les populations, à travers des distributions monétaires (« cash assistance ») qui permettent de mettre à disposition des liquidités afin de couvrir les besoins primaires.

Ibrahim est père de 4 enfants. Pour lui,

« Les dépenses du foyer doublent avec les frais du combustible, des vêtements et du chauffage. Il  faut se préparer pour l’arrivée de l’hiver. Grâce au soutien de Première Urgence Internationale, nous allons pouvoir acheter un radiateur et de nouveaux vêtements pour les enfants »

Dans le cadre de son plan d’urgence en Afghanistan, Première Urgence Internationale, distribuera, en février 2017, des kits d’hiver dans la région de l’Est, dans le Nangarhar, pour soutenir les déplacés du conflit.

Dans tous ces pays, Première Urgence Internationale continue à se mobiliser pour aider les réfugiés, les personnes déplacées,  qui vivent sous des tentes et dans des logements de fortune, dans des conditions qui pendant l’hiver se dégradent considérablement.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivitée accrue.
Faire un don